République et islam : défis croisés

N° 106 –Automne 2018
La question du traitement réservé à l’islam et aux musulmans, et celle de savoir s’il doit être différent – et en quoi - de celui réservé aux autres confessions, appelle d’abord une réflexion historique, exige aussi de faire appel à plusieurs disciplines, dont bien sûr le droit. Les études sur l’islam, et celles sur l’islam et les musulmans de France en particulier sont certes nombreuses, et une nouvelle étude n’aurait pas grand intérêt si elle ne portait pas sur cette interrogation centrale : en quoi l’islam et les musulmans poseraient-ils un problème essentiel et appelleraient-ils un traitement spécifique ?

A un moment où les discours identitaires porteurs de fermeture à l’autre prennent le pas sur les confrontations politiques qui, par nature, appellent au compromis, démonter les mécaniques sociales qui façonnent les enfermements pourra aider à dégager des réponses viables à ces discours et comportements de fermeture.

Penser « l’écart » et dégager dans la tension même de cet écart une réponse apaisée à des attentes paraissant du départ peu conciliables, telle est la voie difficile où il faut s’engager.