iReMMO, an 7

Nous avons créé l’iReMMO en 2011 parce que nous estimions nécessaire d’avoir un lieu de débats et de réflexion indépendant sur les enjeux socio-politiques de la Méditerranée, du Maghreb et du Moyen-Orient. Le temps passe vite et nous voilà déjà à l’aube de notre septième année.

« Ma guerre des Six-Jours »

Lorsqu’on me demande pourquoi je me suis passionné pour le conflit israélo-arabe, je cite toujours « ma » matinée du 5 juin 1967 : alors que je viens, sur Europe 1, d’entendre Julien Besançon raconter la destruction de l’aviation égyptienne par les raids israéliens, je descends dans la rue pour me rendre à la fac et découvre France-Soir proclamant « Les Égyptiens attaquent Israël ». En fait, le « petit David » vient de lancer contre le « grand Goliath » une guerre préventive au terme de laquelle il va quadrupler son territoire, occupant la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza, sans oublier le Sinaï et le Golan. Le mensonge est si gros que, pour sa seconde édition, le journal de Pierre Lazareff rectifie – si l’on ose dire – le tir : « C’est la guerre au Moyen-Orient », affiche désormais sa « une ». Par Dominique Vidal

Nouveaux enjeux sahélo-maghrébins et perspectives

Les évolutions démographiques vont avoir une énorme incidence dans l’ensemble de l’espace sahélien, en raison de la forte vulnérabilité des populations, de la dégradation déjà avancée de leur cadre de vie - tout particulièrement des conditions de fonctionnement des agricultures vivrières - ainsi que des conséquences du réchauffement climatique, les risques de tensions ne sont pas à exclure. La crise qui s’y annonce ne sera pas de nature conjoncturelle, mais bien au contraire elle sera plus structurelle, voire systémique.
Par Nadji Safir

Israël-Palestine : l’urgence d’agir

Même si la communauté internationale semble avoir conscience de l’extrême gravité de la situation, la diplomatie déclamatoire s’avère radicalement insuffisante face au gouvernement de Nétanyahou, prêt à tout pour réaliser ses objectifs politiques.

TRIBUNE « À Alep, la barbarie triomphante » dans Libération

Le dernier acte de la tragédie syrienne est sans doute en train de se clore, mais il est encore temps d’agir avec force sur le plan diplomatique. Il faut en avoir la volonté politique, estiment les chercheurs de l'Institut de recherche et d'études méditerranée Moyen-Orient.

Partis et recompositions politiques : quelques enseignements du « Printemps arabe »

Longtemps délaissés par les sciences sociales, les partis politiques dans le monde arabe suscitent depuis quelques années un regain d’intérêt. Vingt ans après un travail coordonné par Pierre-Robert Baduel sur le Maghreb dans la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (1996), dix ans après un numéro dirigé par Myriam Catusse dans la même revue sur le Machrek (2006) il semble que l’appel à un renouveau de l’approche du fait partisan ait été entendu.


Par Robin Beaumont est doctorant en Études politiques à l’EHESS (CETOBaC) allocataire du programme ERC WAFAW (IREMAM) et Xavier Guignard est ATER et doctorant en science politique à l’Université Paris 1 (CESSP), chercheur associé à l’IReMMO.

Les multiples visages de Shimon Pérès

Shimon Pérès est mort mercredi 28 septembre 2016. Retour sur soixante années de la carrière politique contrastée de celui qui fut à la fois l’artisan de « l’ambiguïté délibérée » du nucléaire israélien, l’un des acteurs de la politique de colonisation, des accords d’Oslo comme de leur échec, et le lauréat du prix Nobel de la paix.