RECHERCHER PAR
  • Date :

  • Catégorie :

Menu

L’émergence d’une nouvelle scène politique : Égypte, an 2 de la révolution

Auteur : Marc Lavergne

Le cours des « révolutions arabes », après les premières heures glorieuses de la chute des dictateurs, au printemps 2011, déroute l’opinion occidentale. En égypte comme en Tunisie, la mouvance qui se réclame de l’islam politique, toutes tendances confondues, s’est vu confier les rênes du pouvoir. La population, appelée pour la première fois à s’exprimer librement, lui a en effet accordé un soutien massif, et l’irruption des salafistes dans le champ politique surprend et inquiète. Mais, dans le même temps, la liesse unanime des premières semaines a fait place à des tensions ravivées : les conquêtes démocratiques ne peuvent remédier à la plongée dans la crise économique aggravée par la fuite des capitaux et le marasme touristique. Et les conquêtes modernisatrices en matière de statut de la femme, de respect des minorités religieuses et, d’une manière générale, la tolérance précaire dont bénéficiaient les différentes « déviances » sociales sont remises en cause, comme si l’imposition d’un islam rigoriste demeurait « la » solution.

Cet ouvrage , fruit de la collaboration de l’équipe de chercheurs, français, égyptiens et venus d’horizons divers, réunis en égypte pendant la révolution, au sein du Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ) du ministère français des Affaires étrangères et européennes et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), est plus qu’un témoignage de première main. C‘est également une précieuse tentative d’analyse à chaud de cette nouvelle scène politique qui émerge en égypte et, de manière plus ou moins heurtée, dans l’ensemble du monde arabe, tournant le dos aux références et aux modèles hérités de l’ère coloniale et de la Guerre froide.

Marc Lavergne est géopolitologue, directeur de recherche au CNRS. Auteur en 1980 d’une thèse de géographie sur « L’agriculture égyptienne dix ans après l’achèvement du haut barrage d’Assouan », c’est un expert reconnu des situations de crise et des conflits du Moyen-Orient et de la Corne de l’Afrique. Chercheur au Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient contemporain (GREMMO) à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Université Lyon-II), il a dirigé le Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ) au Caire du printemps 2008 à l’automne 2011.

Commander le livre sur le site de L’Harmattan

Je m'abonne !

En savoir plus