Bibliothèque de

Bibliothèque de l'iReMMO

Il s’agit d’une collection de petits ouvrages (une centaine de pages) à un prix abordable (autour de 10€).

Le monde Méditerranéen et le Moyen-Orient sont aujourd’hui, encore plus qu’hier, au centre des préoccupations internationales. La connaissance fine de ce qui s’y joue est donc un enjeu majeur pour comprendre le monde contemporain.

Cette collection se propose de publier des textes sur tous les aspects de la vie sociale de cette aire culturelle et politique. Tous les domaines sont concernés, de la politique à la culture et aux arts, de l’analyse des mœurs et des comportements quotidiens à l’économie, de la vie intellectuelle à l’étude des institutions et organisations sociales, sans oublier la dimension historique ou géographique de ces phénomènes.

L’objectif est de créer une encyclopédie, au sens historique de ce terme, présentant, de façon claire et rigoureuse, les connaissances produites par la recherche scientifique, mais aussi par les réflexions des acteurs impliqués à tous les niveaux de la société. Chaque ouvrage vise à faire le point sur un sujet traité dans un souci de le rendre accessible au-delà des cercles des spécialistes.

Une collection ouverte à toutes les théories et méthodes, à tous les points de vue dans le cadre des principes éthiques définis par la Charte de l’iReMMO.

Responsables : Bruno Péquignot et Pierre Blanc 

Si vous voulez écrire un livre sur la Méditerranée et le Proche-Orient (200.000 signes maximum), n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante : p.blanc[@]sciencespobordeaux.fr ou contact[@]iremmo.org

Couverture du numéro 45 de la Bibliothèque de l'ireMMO "Israêl: naissance dun État" avec une photo de ben Gourion autour d'une table avec le portrait de Théodore Hertzl au dessus de lui

Israël : naissance d’un État (1896-1949)

Septembre 2022 – N° 45
Auteur : Dominique Vidal

Israël est un des rares États nés d’une décision de l’Organisation des Nations unies qui, en 1947, partagea la Palestine en deux États, l’un juif et l’autre arabe. Au terme d’une première guerre, seul le premier vit le jour, après l’expulsion de la grande majorité de sa population arabe. Quels facteurs ont pesé dans ces événements? Le premier c’est le mouvement sioniste, fondé par Theodor Herzl en 1897 pour créer un foyer juif. La plus grande puissance d’alors, le Royaume-Uni, en jeta les bases dans cette Palestine qu’elle voulait contrôler pour mieux dominer le Moyen-Orient. La tragédie de la Shoah légitima le projet aux yeux de l’opinion internationale; et nombre de ses survivants n’eurent pas d’autre choix que d’y contribuer. Sur place, épuisée par la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne ne parvenait plus à maîtriser l’affrontement entre juifs et Arabes. D’autant que les États-Unis ambitionnaient de prendre sa relève dans la région, tandis que l’URSS contribuait à sa déstabilisation en choisissant, à la surprise générale, d’appuyer les forces sionistes. Ainsi débuta un des conflits de décolonisation les plus longs de l’Histoire: il dure encore.

En savoir plus »
couverture du n 44 de la bibliothèque de l'ireMMo "Du terrorisme écologique en Tunisie : les tensions socio-politiques au prisme des déchets"

Du terrorisme écologique en Tunisie: les tensions socio-politiques au prisme des déchets

Mars 2022 – N° 44
Autrice : Manon Moulin

La Tunisie fait actuellement face à d’importants problèmes économiques et sociaux, à l’épidémie de Covid-19 dont la gestion est délicate, ainsi qu’à une crise politico-institutionnelle sans précédent depuis la révolution de 2010-2011. Dans ce cadre, les troubles issus de la gestion catastrophique des déchets, véritable terreur détritique, s’ajoutent et participent à la méfiance croissante des citoyens envers l’État. La problématique des déchets révèle et questionne à la fois les mécanismes profonds du système économique mondial au sein duquel la Tunisie est intégrée, mais également le délabrement continu de la sphère politique nationale. Illustration d’un terrorisme écologique dégradant environnement naturel et santé humaine, la gestion des déchets met en lumière la crise multiforme que subissent la population et l’environnement tunisiens, soumis à la fois aux logiques capitalistes et aux malversations nationales.

En savoir plus »

Des idées reçues sur l’immigration

Mars 2022 – N° 43
Autrice : Catherine Wihtol de Wenden

De nombreuses idées reçues sur l’immigration, parfois vieilles de 150 ans, refont surface en France depuis quelques années, avec une vigueur qu’on aurait pu penser d’un autre temps. Si le nationalisme de repli qui traverse notre pays les remet au goût du jour, la campagne présidentielle de 2022 les porte à incandescence dans le débat public. Du grand remplacement à l’appel d’air de l’État-providence, du coût financier exorbitant des immigrés à la concurrence qu’ils font peser sur l’emploi, du développement à l’érection des frontières comme autant de solutions supposées aux migrations, cet ouvrage revisite quelques-unes de ces idées reçues pour mieux saisir les raisons de leur survenue et leur arrière-plan idéologique. Ce faisant, cet ouvrage s’assigne surtout la tâche de les déconstruire. Cet ouvrage fournit une analyse lucide autant qu’indispensable en ces temps troublés où des entrepreneurs identitaires ne répugnent devant aucune idée dangereuse et erronée pour agiter les peurs collectives.

En savoir plus »
Couverture du numéro 42 de la Bibliothèque de l'ireMMO "présences chinoises en méditerranée"

Présences économiques chinoises en Méditerranée

Novembre 2021 – N°42
Thierry Pairault, Xavier Richet

La Chine a défini une stratégie d’internationalisation ambitieuse conduisant à développer des interconnexions à la fois terrestres, maritimes, aériennes, voire numériques, afin de favoriser et promouvoir ses échanges par la mobilisation de ses ressources financières et industrielles. La Méditerranée est un espace couvert par ce projet du fait de sa situation géopolitique, de ses besoins d’investissement, de l’importance de ses marchés. Nous nous focaliserons sur les présences économiques chinoises et sur le bilan des relations économiques sino-méditerranéennes, puis exposerons les ambitions maritimes de la Chine avant de présenter des aperçus plus spécifiquement régionaux.

En savoir plus »
N40 Conflit israélo-palestinien

Du conflit israélo-palestinien au nucléaire iranien : l’humiliation, la variable oubliée des négociations

Septembre 2021 – N° 41
Autrice : Marie Durrieu
Les accords israélo-palestiniens de 1993 et l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 représentaient un espoir pour la paix, rapidement déçu par l’échec de leur mise en œuvre qui a replongé le Moyen-Orient dans l’incertitude. À l’heure où la région est embrasée, où les tensions resurgissent, et où le nucléaire iranien est au sommet de l’agenda diplomatique, il devient urgent de comprendre les mécanismes qui bloquent la résolution de ces conflits. Cet ouvrage s’intéresse à une variable trop souvent oubliée : l’humiliation. A-t-elle un rôle dans l’impossible résolution de ces conflits ? Par la diplomatie, nous savons faire la paix avec un ennemi, mais peut-on faire la paix avec celui qui nous a humiliés ?

En savoir plus »
Daech retour sur une propagande

Daech : retour sur une propagande

Août 2021 – N° 40

Autrice : Camille Leveillé
Comment Daech a-t-il pu terroriser des populations à travers le monde par le biais de sa propagande ? Quels sont les mécanismes qui ont été mis en place par le groupe pour recruter et conserver une emprise sur ses membres ? Pourquoi la France a-t-elle été l’un des pays les plus touchés par les attentats terroristes djihadistes ? Comment peut-on lutter efficacement contre une propagande en constante évolution et usant des réseaux sociaux pour se diffuser ? Cet ouvrage tente, avec le recul nécessaire, de répondre aux nombreuses questions sur les mécanismes et les enjeux de la propagande de Daech en France, en Irak et en Syrie. La production de contenus djihadistes est certes moins importante qu’il y a quelques années mais est toujours active.

En savoir plus »

Le jugement des djihadistes français en Irak et en Syrie : quand le droit et le politique s’entrechoquent

Juillet 2021 – N° 39
Autrice : Sarah Blanc
L’effondrement de l’autoproclamé Califat de Daech en Irak et en Syrie a laissé place à de nombreuses inconnues sur la mise en œuvre d’une justice transitionnelle dans ces deux pays. En particulier se pose la question de la matérialité du jugement des djihadistes étrangers. L’exécutif français entretient une certaine ambiguïté sur ce sujet. Il préfère déléguer le sort judiciaire de ses ressortissants djihadistes aux autorités irakiennes ainsi qu’aux forces kurdo-syriennes, tout en procédant au retour, « au cas par cas », de leurs enfants. Pourtant les conditions du jugement demeurent problématiques dans ces deux pays. Se pose alors la question de l’adéquation de cette position française avec ses engagements constitutionnels, conventionnels et européens.

En savoir plus »

Nationalismes religieux. Moyen-Orient

Décembre 2020 – N°38
Auteurs : Olivier Da Lage, Fatiha Dazi-Héni, Nicolas Dot-Pouillard, Ahmet Insel, Hélène Sallon, Clément Therme, Dominique Vidal.
Lorsque la Révolution islamique iranienne éclate en 1978, nul n’imagine alors qu’elle marque le début de l’essor des nationalismes religieux un peu partout sur la planète, à commencer naturellement par le Moyen-Orient, berceau des trois religions monothéistes. De la Turquie kémaliste à Israël, en passant par la Palestine, nul n’échappe à cette vague de remise en cause des pouvoirs établis, même s’ils tirent de la religion leur légitimité comme c’est le cas de l’Arabie saoudite, une contestation radicale pouvant prendre la forme extrême revêtue par l’État islamique.

En savoir plus »

Arabie saoudite et Émirats arabes unis : les ambitions de la puissance

Décembre 2020 – N°37
Auteur : Hicham Mourad.
Les révoltes populaires arabes de 2011 ont constitué un tournant dans l’histoire contemporaine du monde arabe et du Moyen-Orient. Elles ont engendré de nouveaux rapports de force et des changements de leadership dans la région. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont ainsi affermi leurs rôles et leur statut afin de défendre leurs intérêts contre ce qu’ils perçoivent comme des menaces, notamment l’expansion de l’influence régionale de l’Iran. Le désengagement relatif des États-Unis du Moyen-Orient a été le facteur déterminant qui a poussé ces deux acteurs à être plus affirmatifs et audacieux dans la poursuite de leurs objectifs.

En savoir plus »

L’islamisme décrypté

Octobre 2020 – N°36
Auteur : Haoues Seniguer.
L’islamisme ou islam politique ne cesse depuis de longues années de susciter controverses et polémiques intarissables, en particulier dans le contexte français. Les attentats terroristes commis au nom de l’islam à partir de 2015 ont rendu confus ce qui a trait au fait islamique. La visibilité des signes d’appartenance à l’islam dans l’espace public est ainsi souvent assimilée à la pointe avancée de l’islamisme, qui, lui-même, peut également être associé au djihadisme, soit l’activisme meurtrier. C’est pourquoi une sociologie critique est nécessaire, car elle offre la possibilité d’identifier avec rigueur l’idéologie islamiste, ses particularités, le profil de ses théoriciens les plus célèbres, ainsi que la diversité des modes discursifs et d’action déployés par les militants, entre autres dans le contexte majoritairement musulman, mais pas seulement.

En savoir plus »