RECHERCHER PAR
  • Date :

  • Catégorie :

Menu

Après l’accord politique : la révolution soudanaise a-t-elle réussi ?

Mercredi 18 septembre 2019 – 18h30-20h30

Crédits photo : Sara Creta

Rencontre avec :

Sara Creta, journaliste d’origine italienne spécialisée dans les droits humains et les questions humanitaires. Elle a couvert le soulèvement au Soudan pour Arte et a co-écrit un documentaire sur le rôle des femmes lors de la révolution. Elle écrit régulièrement sur les questions des droits humains et des migrations pour Al Jazeera, AJ +, Channel 4, The Guardian, BBC, The New Humanitarian, O Globo, Equal Times, El Diario, La Repubblica ou encore El Pais. Récemment, elle a collaboré à l’enquête collaborative du New York Times sur le raid aérien qui a tué des dizaines de migrants au centre de détention de Tajoura en Libye. Elle a travaillé sur le terrain avec Médecins sans frontières pour la production et la diffusion de contenu multimédia. Elle est lauréate de la bourse de recherche Marie Sklodowska-Curie à l’Institute of Future Media and Journalism de la Dublin City University en Irlande.

Mohamed Al Asbat, journaliste soudanais. Il a travaillé en tant que journaliste et éditeur pour de nombreux journaux de la région et est l’un des portes parole et membre de l’Union des associations de professionnels soudanais. Il est secrétaire de l’Union des écrivains soudanais et membre du secrétariat du Réseau des journalistes soudanais. Depuis son arrivée en France en mars 2015, il a donné de nombreuses interviews pour les chaines France 24, Monte-Carlo et France 2 sur la situation des journalistes soudanais. Présent lors des manifestations, il a couvert la révolution alors que le pays faisait face à une coupure généralisée d’internet.

Mai Osman, journaliste soudanaise. Durant sa carrière au Soudan, elle a travaillé pour la télévision de Kordofan, ainsi que pour des journaux tels qu’Alshahed, Alhurra et Al Nujjoom Start Program. Persécutée par les autorités de son pays en raison de ses engagements, elle a pris la décision de partir en exil. Elle cherche aujourd’hui à donner un nouvelle visibilité internationale aux problèmes déjà dénoncés dans son pays. À travers ses reportages, elle a notamment enquêté sur le travail des enfants en zones de guerre, une réalité que la journaliste a souhaité dénoncer et qui lui a attiré les foudres du gouvernement.

Alice Franck, maître de conférences en géographie à l’université Paris‑1 Panthéon-Sorbonne. Elle travaille sur le Soudan et plus précisément sur l’agglomération du Khartoum depuis les années 2000. Ses travaux de thèse sur l’agriculture urbaine à Khartoum l’ont notamment conduit à poursuivre une recherche sur le renforcement des tensions et enjeux fonciers dans la capitale soudanaise. Son détachement au poste de coordinateur du CEDEJ-K (Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales au Soudan) à Khartoum de 2013 à 2016 lui a permis d’observer et d’analyser de manière approfondie les requalifications urbaines actuelles du Grand Khartoum.

Modération : Jules Crétois, journaliste à Jeune Afrique.

* Traduction depuis l’arabe des interventions de Mohamed Al Asbat et Mai Osman : Hicham Mansouri

Inscription en ligne

Participation de 8 €*
*5 € pour les étudiant.e.s et demandeur.se.s d’emploi

En partenariat avec

Je m'abonne !

En savoir plus