RECHERCHER PAR
  • Date :

  • Catégorie :

Menu

Après-pétrole : quelle transition énergétique dans le monde arabe ?

Mardi 19 mars 2019 – 18h30-20h30

 

 

Crédit photo : Magharebia – Énergie renouvelable en Algérie

 

Rencontre avec : 

Nassima Ouhab-Alathamneh, juriste spécialiste de droit public et docteure en science politique, diplômée de l’Université Paris Descartes. Ses travaux de recherche portent sur les mutations politiques et économiques du monde arabe et musulman. Auteure de L’après-pétrole dans le monde arabo-musulman. De la dépendance aux stratégies alternatives (L’Harmattan, 2018)

Matthieu Auzanneau, directeur du think tank de la transition énergétique The Shift Project. Ancien journaliste à la croisée de l’économie et l’écologie (Le Monde, Arte, etc.), il est depuis 2010 blogueur invité de la rédaction du Monde, avec le blog « Oil Man | Chroniques du début de la fin du pétrole ». Auteur de Or Noir, la grande histoire du pétrole (La Découverte, 2015), récompensé par le Prix spécial de l’Association des économistes de l’énergie (AEE) en 2016.

Modération: Matthieu Brun, doctorant en science politique à Sciences Po Bordeaux, au sein du laboratoire du CNRS Les Afriques dans le monde. Consultant pour le Club Demeter, groupe de réflexion et de prospective sur le secteur agroalimentaire, co-responsable du séminaire « géopolitique des ressources naturelles » de l’iReMMO.

 

Présentation du livre « L’après-pétrole dans le monde arabo-musulman » de Nassima Ouhab-Alathamneh (L’Harmattan, 2018)

Plus de 50 ans après leur indépendance, la majorité des pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient reste tributaire des revenus des hydrocarbures. Confrontés au chômage, à la corruption, à l’économie informelle, ainsi qu’à l’épuisement certain, dans les années à venir, du pétrole, ces pays doivent préparer l’après-pétrole, à travers la promotion des investissements nationaux et étrangers et le développement des autres secteurs d’activités. Par-delà les freins et les rivalités entre certains pays de la région, il est nécessaire pour le monde arabe de s’allier et de coopérer, en matière économique comme politique, afin de développer l’économie de l’ensemble de ces pays.

 

 

 

 

Inscription en ligne 

Participation de 8 €*
*5 € pour les étudiant.e.s et demandeur.se.s d’emploi*

Je m'abonne !

En savoir plus