RECHERCHER PAR
  • Date :

  • Catégorie :

Menu

L’Islam radical et les banlieues

Mercredi 19 juin 2013

 

Rencontre avec :

Mohamed Ali Adraoui, Diplômé de l’IEP de Paris, de Paris I et d’une grande école de commerce, chercheur et enseignant à l’Institut d’études politiques de Paris et Fellow à l’Institut universitaire européen de Florence (programme Max Weber), auteur de Du Golfe aux banlieues, Puf, 2013.

Leyla Arslan, docteur en sciences politiques, diplômée de l’IEP de Paris et de l’INALCO, chargée d’études à l’Institut Montaigne. Elle est l’auteure de Enfants d’islam et de Marianne. Des banlieues à l’université, Puf, 2010.

Présentation de l’éditeur :

Le salafisme n’en finit pas d’interpeller. Des bouleversements politiques dans le monde arabe à « l’affaire Mohamed Merah », en passant par le débat sur le voile intégral, ce courant de l’islam intrigue d’autant plus qu’il fait trop souvent l’objet d’analyses superficielles.
De la diversité des mouvements affirmant emprunter la voie des Salaf Salih (« les Pieux Ancêtres ») à la manière dont les adeptes, majoritairement quiétistes dans notre société, envisagent leur rapport au politique, à l’économie ou aux débats français et internationaux, le présent ouvrage constitue l’une des premières tentatives pour faire la lumière sur une idéologie qui connaît un certain succès, notamment en banlieue. Il est issu d’une immersion de plusieurs années parmi les communautés salafies installées en France, mais dont l’ambition affichée est de rompre avec une société jugée « impie » pour gagner la « terre d’islam », promesse d’une vie en concordance avec les enseignements religieux. Pratique mondialisée, le salafisme apparaît comme la quête d’un « islam véritable » dont l’attrait auprès des jeunes générations doit être analysé. Au-delà de la critique de l’époque contemporaine, les salafis ne sont-ils pas plus modernes qu’ils le prétendent ?

Présentation de l’éditeur :

Depuis près de trente ans, les jeunes issus des immigrations musulmanes font souvent figure de nouveaux Barbares, leur identité française se heurtant au soupçon et à la défiance. Les violences urbaines de 2005, le débat calamiteux sur l’identité nationale de 2009 et les enjeux politiques sur le voile intégral accentuent encore cette stigmatisation.
Et pourtant, à la faveur de la démocratisation de l’enseignement supérieur, une révolution tranquille et invisible fait naître peu à peu une classe moyenne musulmane qui se construit une identité intégrée et complexe, l’ethnicité devenant plus symbolique et affective, et le rapport au religieux, très individualisé, dans un contexte paradoxal marqué par la stigmatisation de ses « différences » et la valorisation de sa « diversité ».
Dans un tel cadre social et politique marqué de surcroît par la déstructuration des communautés d’origine, comment l’identité de ces étudiants ou de ces jeunes professionnels se déploie-t-elle entre discours publics et propos privés ? Dans quelle mesure, des banlieues à l’Université, la mobilité sociale affecte-t-elle la vision que ces enfants d’Islam et de Marianne ont d’eux-mêmes et de la place qu’ils sont amenés à tenir dans la société ?

Pour approfondir, vous pouvez également consulter le numéro 393 (mars-avril 2013) de la Revue Futuribles, et son dossier spécial sur L’impact social et politique des religions

Et l’interview de Mohamed-Ali Adraoui, sur le blog de Stéphanie Le Bars, sur Le Monde.fr

 

Je m'abonne !

En savoir plus