RECHERCHER PAR
  • Date :

  • Catégorie :

Menu

Syrie : dix années d’impuissance de la diplomatie

Mardi 25 juin 2019 – 12h30-14h00

Présentation du livre La longue nuit syrienne de Michel Duclos (Editions de l’Observatoire, 2019).

Rencontre avec :

Michel Duclos, diplomate, actuellement conseiller spécial géopolitique à l’Institut Montaigne. Il a été directeur-adjoint du Centre d’Analyse et de Prévision du Ministère des Affaires étrangères, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations-unies puis ambassadeur, notamment en Syrie de 2006 à 2009.

Modération : Jean-Michel Morel, écrivain, membre du comité de rédaction d’Orient XXI.

 

Présentation de l’éditeur :

La Syrie est aujourd’hui plongée dans un désastre absolu. Un ancien ambassadeur nous fait revivre dix années pendant lesquelles la diplomatie n’a pu empêcher la tragédie. Nations unies, début des années 2000 : Michel Duclos observe le désaccord entre les grandes puissances sur la légitimité du recours à la force dans le conflit en Irak. Ce désaccord rebondit ensuite lors de l’intervention militaire en Libye, puis dans l’interminable guerre en Syrie. Ambassadeur de France en Syrie en 2006, le diplomate est alors associé à la relance de la relation entre Paris et Damas, symbolisée par la présence de Bachar al-Assad sur les Champs-Élysées, le 14 juillet 2008. Dès 2011, le printemps arabe frappe aux portes d’un régime particulièrement brutal, dont l’ancien ambassadeur analyse les ressorts profonds.
Connaisseur de ce pays mais aussi des affaires du monde, Michel Duclos examine les facteurs qui, en une dizaine d’années, ont mené la Syrie en enfer : la dynamique des forces sociales et des haines confessionnelles, le jeu des interventions extérieures, l’émergence de Daech et les choix personnels d’un homme, Bachar al-Assad, dont l’auteur brosse un saisissant portrait. Aujourd’hui, une autre guerre, impliquant plus directement les puissances extérieures – Turquie, Iran, Israël, États-Unis et Russie –, a succédé à la guerre civile. Les régimes néo-autoritaires ne sont-ils pas les grands bénéficiaires du conflit syrien, comme jadis la guerre d’Espagne avait servi de catalyseur à la montée en puissance des États totalitaires ? L’impuissance de la diplomatie est-elle devenue une fatalité ?

 

 

 

 

En partenariat avec

 

Crédit : Freedom House

Je m'abonne !

En savoir plus