Menu

Oman, voyage au cœur de la géopolitique du Golfe

du 13 au 21 avril 2020

Discret sur la scène internationale, le sultanat d’Oman n’en est pas moins un interlocuteur privilégié au Moyen-Orient et plus particulièrement dans le Golfe. Le sultan Qabous ibn Saïd, qui a régné pendant près de 50 ans, a toujours veillé à jouer un rôle de médiateur dans les conflits régionaux. Cette position semble également être celle défendue par son successeur. Ce voyage vous permettra de mieux comprendre l’histoire du sultanat d’Oman et son rôle dans la région, à travers des rencontres et des visites. Entre modernité et traditions, un voyage au cœur du Golfe.

Avec vous pendant le voyage : Jihan Safar, docteure de l’Institut d’Études Politiques de Paris, spécialiste des sociétés du Golfe. En 2016, elle obtient le prix de thèse Pirou-Aguirre Basualdo de la Chancellerie de Paris pour sa thèse « Mariage et Procréation à Oman et au Koweït une étude générationnelle dans le contexte des États rentiers ».

Itinéraire

Le programme de rencontres est donné à titre indicatif, il sera précisé et finalisé début mars. 

Lundi 13 avril 2020 (jour 1)
Paris : accueil à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle et envol pour Mascate (avec escale à Abu Dhabi) par les vols EY 38 – 21h55/6h45 puis EY 382 – 9h00/10h15 – horaires sous réserve de modification de la part de la compagnie aérienne.
Nuit en vol.

Mardi 14 avril 2020 (jour 2)

Photo de Teseum

Arrivée à 10h15 à Mascate, formalités puis transfert à l’hôtel.

Installation et déjeuner. 

Devenue capitale d’Oman en 1793, Mascate constitua l’épicentre d’un empire marin aux XVIIIe et XIXe siècles. La municipalité s’étire aujourd’hui le long de la côte sur 50 km entre mer et montagne. La ville se distingue très fortement des capitales voisines en ayant gardé son architecture traditionnelle jusque dans ses bâtiments récents. 

Tour panoramique de la ville et présentation de l’urbanisme de la capitale.

Visite de Bait al Zubair. Né de l’initiative d’un mécène, ce musée, créé dans une ancienne demeure traditionnelle de Mascate, expose une belle collection d’art et de tradition populaire.

Déjeuner en cours de visites.
Installation à l’hôtel, dîner et nuit.

Mercredi 15 avril 2020 (jour 3)
Début des visites par la Grande Mosquée du Sultan Qaboos. Ce joyau de l’architecture est aujourd’hui le plus grand lieu de culte du Sultanat. Véritable hymne à l’architecture arabo-musulmane, ce complexe religieux est richement orné de panneaux de céramique aux motifs différents et d’origines diverses. La mosquée compte cinq minarets représentant les cinq piliers de l’islam. Le sol est habillé d’un tapis persan mesurant plus de 60 mètres sur 70, ce qui en fait le plus grand tapis tissé à la main au monde. Il aura fallu quatre ans à 600 ouvrières iraniennes pour le réaliser.

Photo de Fabio Achilli

 

Déjeuner.

Conférence de Laurent Bonnefoy.
En fin d’après-midi, rencontre au Times of Oman (sous réserve), plus ancien journal de langue anglaise à Oman.

Dîner. Nuit à l’hôtel.

Jeudi 16 avril 2020 (jour 4)
Visite du tout récent musée National, ouvert il y a 2 ans, qui retrace toute l’histoire et les traditions du pays avec plus de 7 000 objets exposés sur deux étages. Parmi les plus belles pièces se trouvent une peinture murale et une collection de bateaux commémorant le passé marin d’Oman. Des documents historiques complètent la collection.
Ce sera l’occasion d’aborder la politique culturelle du Sultanat.

Photo de Francisco Anzola

Déjeuner.

Route pour Sohar, où se sont déroulées les premières manifestations du printemps omanais qui ont failli ébranler le Sultanat. Rencontre avec le directeur de la Sohart House.

Dîner. Nuit à Sohar.

Vendredi 17 avril 2020 (jour 5)
Départ pour Nizwa.

Photo de Teseum

Passage par Ibri, importante agglomération en raison de l’abondance de ses eaux et de sa position à l’entrée du Wadi Hawasinah, passage de première importance à travers les montagnes du Hajar occidental et carrefour entre le Sultanat et les Emirats.

Déjeuner pique-nique au cours des visites.

Continuation vers les tombes d’Al Ayn. Datant du IIIe millénaire avant Jésus-Christ, elles témoignent de l’évolution des coutumes funéraires au début de l’âge de bronze. Al Ayn possède les nécropoles les mieux conservées du pays, inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco.

Au pied des monts Hajar se trouve Al Hamra, l’une des plus anciennes cités d’Oman. Son architecture en terre qui rappelle les maisons de l’Hadramaout au sud du Yémen, présente une étonnante homogénéité. Cette cité est le berceau de la tribu des al Ibriyins qui a joué un rôle important dans l’histoire des guerres tribales de l’intérieur du pays au cours des années 1950.

La ville de Bahla, qui tient son nom de l’ancienne tribu Bahila, a servi de siège à l’imamat et de capitale à la dynastie Nabhan. Certains vestiges de la ville seraient d’origine préislamique. La ville ancienne domine une riche et vaste oasis entourée par une muraille défensive en terre crue. Visite du fort.

Le village de Tanuf qui s’étend au pied de la dorsale y est connu pour son eau minérale, pompée dans une profonde crevasse du wadi. Ayant soutenu la révolution imamite de 1954 à 1959, Tanuf fut bombardé à la demande du sultan Said, et son falaj coupé en représailles.

Dîner et nuit à Nizwa.

Samedi 18 avril 2020 (jour 6)
Lieu de naissance de l’Islam à Oman et ancienne capitale de l’imamat, Nizwa est aujourd’hui célèbre pour son fort et son souk labyrinthique. Située dans une grande oasis, la ville se trouve au carrefour des pistes des caravaniers du nord et du sud. Elle est composée de bâtisses typiquement omanaises.

Photo de Phil Norton

Symbolisée par sa tour ronde culminant à 40 mètres, la forteresse de Nizwa, qui date du XVIIe siècle, fut achevée en l’espace de douze ans, par la volonté du sultan bin Saif-al-Yaruba, premier imam de la dynastie Ya’aruba. Le fort possède ses propres puits et des sources pour l’alimentation en eau.

Le souk était l’un des plus anciens et des plus pittoresques d’Oman.

Rencontre avec une association de femmes en lien avec l’artisanat.

Déjeuner.

Route pour Wahiba Sands, le désert de dunes. Cette mer de sable s’étend sur deux cents kilomètres du nord au sud et quatre-vingts kilomètres d’est en ouest. Terres bédouines par excellence, ils offrent l’occasion d’entrevoir un mode de vie traditionnel. Les Bédouins sont spécialisés dans le dressage des dromadaires, très présents dans la région.

Arrivée sur place en fin d’après-midi.
Rencontre en soirée avec une famille bédouine.
Dîner et nuit dans le désert.

Dimanche 19 avril 2020 (jour 7)
Départ le matin pour le Wadi Bani Khalid.

Célèbre pour sa beauté naturelle, le Wadi Bani Khalid abrite plusieurs villages, éparpillés et dissimulés dans l’une des plus belles oasis d’Oman. Toute l’année, l’eau jaillit d’une source naturelle dans les niveaux supérieurs du wadi et alimente l’abondante végétation qui fait tout le charme du site.

Photo de Andries3

Continuation vers Sour.

Grand port de commerce avec l’Afrique orientale jusqu’au début du XXe siècle, Sour est aujourd’hui encore le plus important port traditionnel d’Oman. La ville est très réputée pour ses anciens chantiers de constructions de boutres (dhow). Le Vieux Sour sur la rive du fleuve offre aux visiteurs le visage inchangé du passé, avec ses inaltérables couleurs pastel.

Déjeuner en cours de visites.
Départ pour Mascate. Dîner et nuit à Mascate.

Lundi 20 avril 2020 (jour 8)
L’inauguration de l’Opéra Royal de Mascate en 2011 a marqué un tournant dans la vie culturelle de la capitale. Bâti par les architectes de la Grande Mosquée, cet édifice tout en marbre ne laisse en rien deviner son opulente décoration intérieure, avec ses boiseries incrustées et ses motifs chargés. A travers ce somptueux édifice, le Sultan Qaboos (décédé le 10 janvier 2020), lui-même passionné d’art lyrique, cherchait à renforcer la dynamique culturelle du pays et à asseoir son rayonnement dans la région mais aussi à l’étranger.

Principale zone portuaire de Mascate, Muttrah dégage une atmosphère de village de pêcheurs. Elle s’étire sur une corniche très pittoresque, jalonnée de mosquées et de maisons à moucharabiehs ayant appartenu à de riches commerçants et à des armateurs. Son souk est l’un des plus authentiques de la péninsule arabique.

Rencontre avec un député dans le quartier des Lawatis, groupe chiite le plus important du Sultanat.

Déjeuner au cours des visites.
Dîner puis transfert à l’aéroport de Mascate

Envol pour Paris (avec escale à Abu Dhabi) par le vol EY 381 –23h45/00h50 puis EY 31 – 2h15/7h40 – Horaires sous réserve de modification de la part de la compagnie aérienne.

Mardi 21 avril 2020 (jour 9)
Arrivée à Paris à 7h40.

Pour plus d’informations, contactez Hasamélis
Ou envoyez un mail à nbrousse@hasamelis.fr

 

En collaboration avec

 

 

Je m'abonne !

En savoir plus