Bande de Gaza : «Affaiblir l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens est absurde et grave»

Quel rôle a jusqu’à présent joué l’Unrwa auprès des réfugiés palestiniens ?

Depuis sa création en 1949, suite à la défaite des forces arabes et à l’exode massif des populations palestiniennes, l’Unrwa a joué un rôle indispensable pour les réfugiés palestiniens. Ils doivent être aujourd’hui près de six millions dans le monde, dont près de deux millions à Gaza. La droite israélienne a toujours été hostile à cette agence unique en son genre. Dans une période plus récente, Donald Trump avait supprimé le soutien financier des Etats-Unis. Une fois à la Maison Blanche, Biden l’avait rétabli. Jusqu’à ce vendredi où tout est à nouveau remis en cause. Mais derrière l’aspect financier, il y a toujours la question politique : comment faire disparaître la question des réfugiés palestiniens ? C’était la logique en marche avant les terribles massacres du 7 octobre, alors qu’Israël s’apprêtait à normaliser ses relations avec les pays arabes. La guerre qui a suivi a relancé l’idée de faire disparaître l’Unrwa.

La réaction immédiate de l’Unrwa après les révélations d’Israël sur l’implication de 12 de ses employés dans les massacres du 7 octobre n’a visiblement pas suffi…

De quoi sont-ils accusés précisément ? Pour l’instant, on l’ignore. Mais la réaction des responsables de l’Unrwa a été honnête et transparente. En revanche, la célérité avec laquelle les Etats-Unis et certains pays européens ont suspendu les financements interroge. On a l’impression que les Etats concernés ne prennent pas la mesure de ce qui se passe à Gaza. Affaiblir aujourd’hui l’Unrwa, alors qu’une véritable catastrophe humanitaire se déroule dans cette enclave assiégée, est absurde et grave. C’est aussi une façon de soutenir implicitement la position du gouvernement israélien et la violente offensive qu’il mène dans la bande de Gaza.

Cette décision d’affaiblir l’Unrwa intervient de surcroît le même jour que la décision très attendue de la CIJ…

En ce qui concerne la Cour internationale de justice, les Européens ont pris une position assez claire qui soutenait la mise en œuvre de cette ordonnance. Et notamment la nécessité de garantir des mesures humanitaires pour empêcher tout acte susceptible d’être considéré comme génocidaire. C’était une réaction lucide de la part des Européens. Mais on a l’impression que certains pays comme l’Allemagne ont voulu aussitôt «rééquilibrer» cette position en suspendant les fonds pour l’Unrwa suite aux accusations israéliennes. Or, les deux positions sont contradictoires : on ne peut pas d’un côté soutenir l’urgence de plus de mesures humanitaires et de l’autre couper les fonds de l’Unrwa qui assure cette aide sur place. D’autant qu’on mesure encore mal l’ampleur de cette catastrophe humanitaire, faute d’images et d’informations sur le terrain. Frapper l’Unrwa est contraire à ce qui est demandé par la CIJ. Et évidemment, tout ça est lié, il ne faut pas être naïf sur la coïncidence des temporalités.

Cette décision d’affaiblir l’Unrwa intervient de surcroît le même jour que la décision très attendue de la CIJ…

En ce qui concerne la Cour internationale de justice, les Européens ont pris une position assez claire qui soutenait la mise en œuvre de cette ordonnance. Et notamment la nécessité de garantir des mesures humanitaires pour empêcher tout acte susceptible d’être considéré comme génocidaire. C’était une réaction lucide de la part des Européens. Mais on a l’impression que certains pays comme l’Allemagne ont voulu aussitôt «rééquilibrer» cette position en suspendant les fonds pour l’Unrwa suite aux accusations israéliennes. Or, les deux positions sont contradictoires : on ne peut pas d’un côté soutenir l’urgence de plus de mesures humanitaires et de l’autre couper les fonds de l’Unrwa qui assure cette aide sur place. D’autant qu’on mesure encore mal l’ampleur de cette catastrophe humanitaire, faute d’images et d’informations sur le terrain. Frapper l’Unrwa est contraire à ce qui est demandé par la CIJ. Et évidemment, tout ça est lié, il ne faut pas être naïf sur la coïncidence des temporalités.

 Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO

ÉDITO

ÉDITO

Ecraser Rafah constitue l’ultime étape de cette stratégie de liquidation afin que les Gazaouis quittent en masse leur territoire

Interview d’Agnès Levallois et Jean-Paul Chagnollaud, vice-présidente et président de l’Institut de recherche et d’études Méditerranée – Moyen-Orient

L’offensive contre Rafah sert la stratégie israélienne menée par Nétanyahou : se débarrasser de la question palestinienne en rendant invivable la bande de Gaza et en poussant les Gazaouis à fuir le territoire.

 

Lire la suite »

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

Le pâté d’alouette de Naftali Bennett

On connaît le principe du pâté d’alouette : contrairement à ce que son nom laisse croire, il comprend peu d’alouette et beaucoup de… cheval. Imaginons-en une version casher : près de six mois après son investiture par la Knesset, c’est plus ou moins ce à quoi ressemble le bilan du gouvernement du Premier ministre Naftali Bennet et du ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapi.

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille