Egypte : too big to fall ?

En 2011, le peuple égyptien se soulevait contre la dictature. Il suivait l’exemple tunisien et ouvrait la voie aux « printemps arabes ». Hosni Moubarak quittait le pouvoir. Des élections étaient organisées, les premières élections libres de l’histoire égyptienne. Législatives en novembre 2011, présidentielles en 2012, remportées par le Frère musulman Mohamed Morsi. L’année suivante, le 3 juillet 2013, l’armée provoque un coup d’État, dirigé par le Maréchal al Sissi, alors ministre de la Défense du président Morsi. Dix ans maintenant que le Maréchal Sissi s’affirme comme l’homme fort de l’Égypte, sur fond de guerre contre le terrorisme et de répression implacable. Il se présente comme l’homme indispensable au maintien de la stabilité non seulement en Égypte, mais également dans l’ensemble du Proche-Orient.

Invitée par Radio France Internationale, Agnès Levallois a analysé la puissance égyptienne aujourd’hui, dans un angle politico-religieux et économique.

Par ailleurs, Sissi justifie cette politique avec la mise en avant d’une lutte contre le terrorisme. Le maître-mot qui justifie toute cette stratégie, c’est de considerer que le régime ne fait que lutter contre le terrorisme. Donc quand Sissi parle des Frères Musulmans, il parle de terroristes. C’est une façon de les stigmatiser et de justifier cette répression, de faire en sorte qu’ils ne puissent plus exister ou organiser quoi que ce soit.”

D’autre part, l’économie égyptienne est très mal en point : [elle] est totalement dépendante de l’extérieur, [elle] impose des réformes que le président n’est pas en mesure de mettre en œuvre … Les conditions de vie pour les Egyptiens sont de plus en plus difficiles, […] la situation sociale est de plus en plus difficile”.

L’économie est entre les mains des militaires, bien plus que sous Moubarak, et cela affecte le soutien à l’Egypte des pays du Golfe. En effet, “l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis ont investi massivement pour soutenir Sissi au lendemain du coup d’Etat. Aujourd’hui, le sentiment de beaucoup d’Egyptiens c’est qu’il y a une perte de souveraineté égyptienne, que ces deux pays ont acheté une partie de l’Egypte.”  A l’inverse, ces deux pays “ne veulent plus financer l’Egypte puisque de toute façon, le poids de l’armée est tel que ça empêche un fonctionnement économique sain. Ces pays du Golfe remettent en cause la manière dont Sissi gère cela, […] Ils ne veulent plus de ce puits sans fond dans lequel ils mettent de l’argent.

Agnès Levallois, vice-présidente de l’iReMMO

ÉDITO

ÉDITO

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

La Tunisie démocratique à l’épreuve des urnes

Huit ans après le renversement du régime autoritaire en place, la Tunisie vient de vivre une nouvelle étape de sa transition vers une démocratie mature. Les échéances électorales ouvertes par le premier tour de la présidentielle le 15 septembre suivi du deuxième tour le 13 octobre dernier (sans oublier les législatives du 6 octobre) ont montré un pays qui maitrise désormais parfaitement, dans le calme et la transparence, le processus électoral. Montrant encore une fois l’exemple, la Tunisie a su traverser cette nouvelle épreuve, sans violence dans les rues et dans le respect scrupuleux des règles constitutionnelles et des institutions du pays. La démocratie tunisienne en sort confortée : c’est là le premier enseignement de cette période délicate.

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille