Israël doit-il choisir entre la guerre ou les otages?

La guerre va continuer, mais la vraie question à mon avis, concerne les buts de cette guerre. Les objectifs ont été énoncés et ils renvoient à une véritable impasse stratégique, c’est-à-dire vouloir éradiquer le Hamas et établir une sorte de zone de sécurité à Gaza. Ce qui revient à dire: écraser Gaza.
Il y a une phrase d’un ministre israélien qui était tout à fait étonnante et qui a été aussitôt plus ou moins désavouée: «On va lancer une bombe atomique». Or évidemment, c’est absurde, mais en même temps c’est tout à fait logique dans l’esprit de la droite israélienne. L’objectif serait d’écraser la bande de Gaza et de faire en sorte que la population parte. Si on regarde les photos des années ’48-’49 au moment de la Nakba, on peut trouver les mêmes images aujourd’hui. C’est pour ça qu’on est dans une véritable impasse stratégique.
Même si les principaux membres du Hamas sont arrêtés ou, comme on dit avec un euphémisme, neutralisés, que va-t-il se passer après? Qu’est-ce qu’on fait? C’est ça la vraie question.

Aujourd’hui, compte tenu des acteurs de part et d’autre, on n’a aucune chance d’avoir un jour d’après qu’il soit autre chose que cette espèce de dévastation à laquelle nous assistons aujourd’hui. Autrement dit, si la communauté internationale, c’est-à-dire les États-Unis, ne s’engage pas pour revenir au politique sur le plan international, et bien il est évident qu’on ne va nulle part, on restera dans la désolation.

Les logiques du Hamas et du gouvernement israélien, nous les connaissons. Depuis maintenant 30 ans, nous avons deux extrêmes qui entretiennent cette situation mortifère. C’est pourquoi cette idée de l’engagement de la communauté internationale est importante. Difficilement on pourra imposer quelque chose parce qu’Israël n’acceptera jamais, mais on peut en tout cas pousser très fortement, et les États-Unis en ont les moyens, pour aller vers quelque chose d’autre. Il faut que de cette tragédie sorte une véritable remise en question des paradigmes habituels.

Qu’est-ce qu’on va faire immédiatement après le cessez le feu? D’où l’idée d’une force d’interposition. S’il y a pas une force d’interposition multinationale qui s’installe à Gaza, s’il y a pas quelque chose de cette nature, on n’ira nulle part.

Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO

ÉDITO

ÉDITO

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

[TRIBUNE] La double faute de François Hollande

François Hollande avait annoncé la couleur lors de son séjour à Jérusalem, en novembre dernier : il déclarait être «toujours» prêt à «trouver un chant d’amour pour Israël et pour ses dirigeants» (1). Rien là d’une formule, comme on vient de le voir. Face au terrible drame de Gaza, le président de la République a en effet traduit ses propos diplomatiques en ligne politique. La confusion de son discours dès le début de l’actuel conflit n’a fait que le confirmer.

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille