L’hubris, la puissance et la faiblesse

Jusqu’au bout, malgré tous les appels au cessez-le-feu, Benyamin Netanyahou aura semé la mort et la destruction dans la bande de Gaza. Il voulait non seulement détruire jusqu’au dernier lanceur de roquettes du Hamas et du Djihad islamique, mais surtout terroriser deux millions de Palestiniens – et au-delà les cinq autres millions qui vivent en Cisjordanie et en Israël. Comme toujours, le chef du Likoud préfère tuer que discuter.

Irak : un destin tragique

N° 116 - printemps 2021
Dirigé par Adel Bakawan
Ce numéro, le premier de la revue Confluences Méditerranée destiné à l'Irak, vise à faire une certaine lumière sur un pays qui n'a jamais réussi à s'inventer par lui-même après avoir été inventé par d'autres. Au sommaire notamment : Le mandat britannique en Irak (1920-1932), péché originel de la division ? ; The role of political parties in the process of national integration in Iraq ; Le nouvel État irakien de 2003 et le piège du communautarisme ; Le quotidien des yézidis du Sinjar : une histoire politique ; Les relations turco-irakiennes : de l'inconstance au ménage à trois ; L'enjeu des énergies renouvelables pour l'avenir de l'Irak.

L’Arabie saoudite en Irak : de l’idéologie au pragmatisme 2003-2021

La volonté d’un retour en force de l’Arabie saoudite en Irak est désormais un fait constatable. Dans ce Moyen-Orient en large partie dominé par les puissances régionales non arabes (Iran et Turquie), tous les signaux venant de Riyad laissent apparaître, notamment depuis l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, l’envie d’un apaisement, la recherche d’un équilibre, le désir d’un partenariat dans la gestion du Moyen-Orient.

Les Israéliens vont-ils réélire un « voyou » ?

« Pour que le sionisme réussisse, confiait Benito Mussolini en 1935, il vous faut un État juif, avec un drapeau juif et une langue juive. La personne qui comprend vraiment cela, c’est votre fasciste, Jabotinsky ». Scissionniste, ce dernier avait créé dix ans plus tôt le « sionisme révisionniste », opposé à David Ben Gourion : il voulait s’emparer par la force de toute la Palestine pour créer un État juif des deux côtés du Jourdain. Ce programme ne semblait pourtant pas assez radical à une petite aile du mouvement, qui prit le nom de « birionim » : « voyous », en hébreu. Ceux-ci saluèrent même l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler. L’un de ces birionim s’appelait Benzion Netanyahou, le père de Benyamin.

La décision de la CPI du 5 février 2021 : une victoire du droit international

Le plan Trump présenté, en janvier 2020, avait tenté un véritable coup de force contre le droit international puisqu’il allait jusqu’à proposer l’annexion d’une partie du territoire palestinien par Israël. Avec cette décision de la Chambre préliminaire de la Cour pénale internationale nous assistons, au contraire, à une importante victoire du droit international. Non pas seulement une victoire symbolique rappelant des principes fondamentaux mais bien une victoire de l’effectivité du droit puisque la Cour pourra désormais poursuivre les responsables de crimes de guerre commis sur le territoire de la Palestine. 

Nationalismes religieux. Moyen-Orient

Décembre 2020 – N°38
Auteurs : Olivier Da Lage, Fatiha Dazi-Héni, Nicolas Dot-Pouillard, Ahmet Insel, Hélène Sallon, Clément Therme, Dominique Vidal.
Lorsque la Révolution islamique iranienne éclate en 1978, nul n'imagine alors qu'elle marque le début de l'essor des nationalismes religieux un peu partout sur la planète, à commencer naturellement par le Moyen-Orient, berceau des trois religions monothéistes. De la Turquie kémaliste à Israël, en passant par la Palestine, nul n'échappe à cette vague de remise en cause des pouvoirs établis, même s'ils tirent de la religion leur légitimité comme c'est le cas de l'Arabie saoudite, une contestation radicale pouvant prendre la forme extrême revêtue par l'État islamique.

Révolutions et contre-révolutions dans le monde arabe

N°115 – hiver 2020

Dix ans déjà que de Tunis au Caire, de Benghazi à Deraa, de Manama à Sanaa, des soulèvements se sont produits, avec une soudaineté et une vigueur telles que des pouvoirs ont vacillé et que certains ont même été emportés. Les 22 pays arabes n’ont cependant pas tous connu cette secousse. D’aucuns ont vite désamorcé des mouvements contestataires moins vigoureux, tandis que d’autres sont restés aux marges du mouvement. Cette différenciation processuelle est sans doute riche d’enseignements en termes de causalités. De même, le devenir des révolutions nous permet-il de décrypter des différences d’un espace à l’autre. La diversité de ce vaste mouvement contestataire et ses suites montrent donc, s’il en était besoin, combien le monde arabe échappe à tout réductionnisme.

Arabie saoudite et Émirats arabes unis : les ambitions de la puissance

Décembre 2020 - N°37
Auteur : Hicham Mourad.
Les révoltes populaires arabes de 2011 ont constitué un tournant dans l'histoire contemporaine du monde arabe et du Moyen-Orient. Elles ont engendré de nouveaux rapports de force et des changements de leadership dans la région. L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont ainsi affermi leurs rôles et leur statut afin de défendre leurs intérêts contre ce qu'ils perçoivent comme des menaces, notamment l'expansion de l'influence régionale de l'Iran. Le désengagement relatif des États-Unis du Moyen-Orient a été le facteur déterminant qui a poussé ces deux acteurs à être plus affirmatifs et audacieux dans la poursuite de leurs objectifs.

Jeux de pouvoirs au Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie)

N°114 - Automne 2020
Dirigé par Haoues Séniguer.
Le Maroc, l'Algérie et la Tunisie ne sont certainement pas des sociétés figées, condamnées en quelque sorte définitivement aux conservatismes de toutes sortes. La forme et la nature des États ne disent pas tout des sociétés sur lesquelles s’exercent leurs pouvoirs. Cette image d’Épinal (la passivité ou résignation supposée des Arabes face à la tyrannie du Prince) a été sérieusement battue en brèche, sans disparaître complètement, depuis la période révolutionnaire de 2010-2011. Ces sociétés, aux histoires multiples, aussi proches que lointaines les unes des autres, sont au contraire marquées par une profonde vitalité sociale, culturelle et intellectuelle, des aspirations à la liberté et à la justice sociale constantes, en dépit des nombreuses vicissitudes et incertitudes politico-économiques qui les affectent. En effet, elles connaissent toutes, sous des formes diverses, des spasmes, heureux ou plus malheureux, dans des régimes qui oscillent entre dispositifs institutionnels semi-autoritaires/semi-démocratiques, réflexes néo-autoritaristes (Maroc et Algérie), percées ou lueurs démocratiques (Maroc et Algérie), et solidification d’institutions démocratiquement élues comme en Tunisie.

Régression démocratique

Face au déferlement des ignorances et des peurs, et au nom des valeurs de la République, nous réaffirmons notre attachement à la laïcité telle qu’elle est dans ses fondamentaux : liberté de conscience, liberté de culte et neutralité de l’État. Nous rejetons les injonctions de ceux qui réduisent les principes de notre République au carcan de leur idéologie. Loin de les renforcer, ils les défigurent et mettent en péril la liberté d’expression. Par les membres de l'Institut de Recherche et d'Études Méditerranée Moyen-Orient.

L’islamisme décrypté

Octobre 2020 - N°36
Auteur : Haoues Seniguer.
L'islamisme ou islam politique ne cesse depuis de longues années de susciter controverses et polémiques intarissables, en particulier dans le contexte français. Les attentats terroristes commis au nom de l'islam à partir de 2015 ont rendu confus ce qui a trait au fait islamique. La visibilité des signes d'appartenance à l'islam dans l'espace public est ainsi souvent assimilée à la pointe avancée de l'islamisme, qui, lui-même, peut également être associé au djihadisme, soit l'activisme meurtrier. C'est pourquoi une sociologie critique est nécessaire, car elle offre la possibilité d'identifier avec rigueur l'idéologie islamiste, ses particularités, le profil de ses théoriciens les plus célèbres, ainsi que la diversité des modes discursifs et d'action déployés par les militants, entre autres dans le contexte majoritairement musulman, mais pas seulement.

Le retour irakien de la France : facteurs et perspectives

Depuis fin 2017, moment de l’annonce de la défaite territoriale du Califat en Irak, la France met en évidence son intérêt pour une présence massive, forte et durable dans ce pays. Pour cela, la diplomatie française développe tout un discours sur l’Irak en tant que « pôle de stabilité » ou encore l’Irak en tant que « pivot du Moyen-Orient ».

L’Iran en quête d’équilibre

N°113 - Été 2020
Dirigé par Clément Therme et Mohammed-Reza Djalili.
Depuis la Révolution islamique de 1979, l’Iran est toujours présenté comme étant à la croisée des chemins. Peu de recherches sur l’Iran contemporain privilégient le temps long pour comprendre ses paradoxes et ses contradictions internes et externes. Ce recueil d’articles propose de nouvelles perspectives sur la trajectoire historique originale de l’Iran qui n’a jamais été colonisé directement par l’Occident. De la fixation ancienne des frontières au nucléaire aujourd’hui, ce numéro propose un tour d’horizon des problématiques iraniennes souvent en lien avec les dimensions régionales. Les dimensions internationales sont aussi évoquées avec une focalisation sur les relations avec Washington, Moscou, Paris et Pékin.

Le Bureau des légendes: décryptage par Agnès Levallois

Mardi 30 juin 2020
Avec Agnès Levallois, vice-présidente de l’iReMMO, consultante, spécialiste du Moyen-Orient et chargée de cours à Sciences Po. Elle a occupé les fonctions d’analyste Proche-Orient au Secrétariat général de la défense nationale puis responsable du bureau monde arabe et persan à la Délégation aux affaires stratégiques au ministère de la défense.

Séries du ramadan 2020: décryptage par Yves González-Quijano

Mercredi 17 juin 2020
Avec Yves González-Quijano, maître de conférence émérite en littérature arabe à l’Université Lumière Lyon 2 et chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). Il a traduit un certain nombre d’auteurs arabes en français, notamment Mahmoud Darwich, Hanan El-Cheikh et Sonallah Ibrahim.
Pendant de nombreuses années, il a animé sur Internet un blog dédié notamment à la culture populaire arabe: www.cpa.hypotheses.org.

L’Espagne face au covid-19

Jeudi 4 juin 2020
Entretien avec Rayco González, professeur de sémiotique à l'Université de Burgos. Il est coauteur du livre Documentos del presente. Una mirada semiótica (Lengua de Trapo,2018).
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

L’Italie face au Covid-19

Vendredi 29 mai 2020
Entretien avec Alessandro Giacone, professeur d'Institutions politiques à l'Université de Bologne. Il a écrit plusieurs ouvrages dont notamment La France et l’Italie, histoire de deux nations sœurs de 1660 à nos jours (avec Gilles Bertrand et Jean-Yves Frétigné, Paris, Armand Colin, 2016).

Kalifat : décryptage de la série par Géraldine Casutt

Jeudi 28 mai 2020
Avec Géraldine Casutt, spécialiste du rôle des femmes dans le djihadisme et l’islam radical. Elle est doctorante en sociologie des religions à l'Université de Fribourg (Suisse) et à l'EHESS (Paris). Sa thèse a pour sujet « Les femmes musulmanes dans l'ombre du jihad : une "armée de roses" entre soutien visible et invisible à l'utopie jihadiste dans une conception féminine du "fard al ayn" ».

L’Égypte face au Covid-19

Mercredi 27 mai 2020
Entretien avec Hicham Mourad, professeur de sciences politiques à l'Université française d'Égypte. Ancien rédacteur en chef d'Al-Ahram Hebdo, journal égyptien francophone.

Les Balkans face au Covid-19

Lundi 25 mai 2020
Entretien avec Jean-Arnault Dérens, journaliste et historien, rédacteur en chef du Courrier des Balkans. Son dernier livre est Là où se mêlent les eaux. Des Balkans au Caucase dans l'Europe des confins (avec Laurent Geslin, La Découverte, 2018).

La Grèce face au Covid-19

Jeudi 14 mai 2020
Entretien avec Valia Kaïmaki, journaliste, fondatrice des éditions grecque et chypriote du Monde diplomatique.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

Le Maghreb face au Covid-19

Jeudi 14 mai 2020
Entretien avec Akram Belkaïd, journaliste au Monde diplomatique, collaborateur d’Orient XXI et d’Afrique Magazine, chroniqueur au Quotidien d’Oran. Il a publié plusieurs ouvrages dont notamment Pleine lune sur Bagdad (Erick Bonnier, 2017), son dernier livre est L’Algérie en 100 questions. Un pays empêché (Tallandier, 2019).

L’Irak face au Covid-19

Mercredi 13 mai 2020
Entretien avec Adel Bakawan, directeur du Centre de sociologie de l’Irak (Université de Soran en Irak). Il a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels Sociologie des mouvements sociaux au Kurdistan (Gazalnous, 2015, Irak) et L’Impossible État irakien. les Kurdes à la recherche d’un État (L’Harmattan, 2019).

Liban : la guerre de 1975-1990 dans le rétroviseur

N°112 - Printemps 2020
Dossier dirigé par Roula Abi Habib Khoury et Dima de Clerck.
Il aura suffi de l’annonce par le gouvernement d’une taxe sur l’application de messagerie WhatsApp pour qu’éclate un mouvement de contestation populaire inédit dans l’histoire du Liban contemporain. En ce 17 octobre 2019, trente années après l’accord de Taëf, censé mettre un terme à la Guerre du Liban et permettre au pays exsangue de renaître de ses cendres, une limite est franchie. Il va sans dire que ce ras-le-bol cache un mal plus profond. Celui-ci prend racine dans les graves dysfonctionnements qui sévissent depuis la fin des hostilités armées en 1990 et l’installation de la tutelle syrienne. La fin de cette dernière, suite à l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri en 2005, laisse la place à une crise de pouvoir et à une paralysie politique nées des rivalités inter et intra-communautaires sur fond de corruption généralisée et institutionnalisée (y compris au sein du pouvoir judiciaire), de clientélisme et d’impunité qui ont marqué les années 1992-2005.


 

Les pays du Golfe face au Covid-19

Lundi 4 mai 2020
Entretien avec Benjamin Barthe, journaliste au Monde, correspondant au Moyen-Orient, auteur de Ramallah Dream : voyage au cœur du mirage palestinien (La Découverte, 2011).
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

Crise sanitaire, crise pétrolière

Mardi 28 avril 2020
Entretien avec Francis Perrin, chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l’IRIS (Paris) spécialiste des problématiques énergétiques.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

Gaza face au Covid-19

Mardi 21 avril 2020
Entretien avec Ziad Medoukh, professeur de français à l'Université Al Aqsa de Gaza et coordinateur du Centre de la paix de Gaza. Il vit à Gaza. Poète et écrivain, il est l’auteur de Gaza, Terre des oubliés, Terre des vivants (L'Harmattan, 2012), 70 poèmes de la paix palestinienne.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

La Turquie face au Covid-19

Mardi 21 avril 2020
Entretien avec Guillaume Perrier, journaliste et auteur. Il a couvert l’actualité turque pour le Monde de 2004 à 2014 et continue à travailler sur la Turquie depuis. Il est l’auteur de La Turquie et le fantôme arménien (avec Laure Marchand, 2013) et du film Erdoğan, l’ivresse du pouvoir (Arte 2016). Son dernier livre est Dans la tête de Recep Tayyip Erdoğan (éditions Solin Actes Sud, 2018).
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

La Syrie en guerre face au Covid-19

Jeudi 16 avril 2020
Entretien avec Agnès Levallois, vice-présidente de l’iReMMO, consultante, spécialiste du Moyen-Orient et chargée de cours à Sciences Po.

Le Liban et son système confessionnel face au Covid-19

Jeudi 9 avril 2020
Entretien avec Nicolas Dot-Pouillard, docteur en études politiques, chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient (Beyrouth), membre du comité de rédaction d'Orient XXI.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

Israël face au Covid-19

Lundi 6 avril 2020
Entretien avec Charles Enderlin, journaliste, grand reporter et auteur franco-israélien. Il a été correspondant à Jérusalem pour la chaîne de télévision France 2 de 1981 à 2015. Son dernier livre Les Juifs de France entre République et sionisme (Le Seuil, 2020).
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

La gestion politique du coronavirus en Iran

Jeudi 2 avril 2020
Entretien avec Clément Therme, docteur en Histoire internationale, spécialiste de l’Iran, chercheur post-doctorant pour le programme "Nuclear Knowledges" du CERI à Sciences Po Paris. Il a auparavant été chercheur à l’International Institute for Strategic Studies (IISS), assistant de recherche pour le programme Moyen-Orient de l’Ifri et chercheur à l’Institut français de recherche en Iran.

Mondes du travail: mutations et résistances

N°111 – Hiver 2019-2020
Dossier dirigé par Amin AllalMichele Scala et Élisabeth Longuenesse.
Du Maroc à la Turquie, en passant par l’Algérie, la Tunisie, l’Égypte, la Grèce, l’Italie, le Liban ou la Jordanie, le renouvellement des formes de protestation, plus ou moins directement liées au travail, est désormais un constat transméditerranéen. Dans ces situations contrastées on retrouve le même processus d’affaiblissement des syndicats et de fragilisation du rapport salarial et des protections sociales qui l’accompagnaient. D’un côté, la part de la grande industrie s’est réduite au profit du secteurs des services, y compris des services à la personne, de l’autre, l’individualisation des tâches, le développement de la sous-traitance et les délocalisations, ont permis de contourner les contraintes associées à la norme salariale. La financiarisation de l’économie mondiale a ainsi entraîné un double mouvement de marchandisation accélérée des rapports humains et de pression accrue sur une force de travail cantonnée de façon croissante à des fonctions de service.

Jordanie : une stabilité de façade

N°110 - Automne 2019
Dossier dirigé par Pierre Blanc.
La Jordanie est l'un des pays du Moyen-Orient les moins mis sous la lucarne médiatique : la stabilité éloigne l'attention du journaliste. Confluences Méditerranée interroge dans ce numéro cette apparente stabilité. À travers des thématiques politiques, économico-sociales, territoriales et géopolitiques, les articles révèlent finalement que ce qui se dégage n'est qu'une stabilité de façade.

Proche-Orient, 7 ans de régression (2012-2019)

Octobre 2019 - N°35
Auteur : Jean-Paul Chagnollaud
Cet ouvrage rassemble des tribunes sur le Proche-Orient publiées dans la presse depuis 2012, rédigées par l'auteur à titre personnel ou avec les membres de l'iReMMO (Institut de Recherche et d'Etudes Méditerranée Moyen-Orient). L'idée est de permettre au lecteur de revenir sur quelques-uns des événements importants qui ont jalonné cette période cruciale. Ces articles sont tous précédés d'une brève contextualisation.

La Tunisie démocratique à l’épreuve des urnes

Huit ans après le renversement du régime autoritaire en place, la Tunisie vient de vivre une nouvelle étape de sa transition vers une démocratie mature. Les échéances électorales ouvertes par le premier tour de la présidentielle le 15 septembre suivi du deuxième tour le 13 octobre dernier (sans oublier les législatives du 6 octobre) ont montré un pays qui maitrise désormais parfaitement, dans le calme et la transparence, le processus électoral. Montrant encore une fois l’exemple, la Tunisie a su traverser cette nouvelle épreuve, sans violence dans les rues et dans le respect scrupuleux des règles constitutionnelles et des institutions du pays. La démocratie tunisienne en sort confortée : c’est là le premier enseignement de cette période délicate.