Home » Publications » Bibliothèque de l'iReMMO » Pour un féminisme méditerranéen

Pour un féminisme méditerranéen

féminisme méditerranéenAuteure : Fawzia Zouari

Contre une Méditerranée qui, depuis un demi- siècle, consacre les exclusions et les frontières, il apparaît essentiel aujourd’hui de faire entendre la voix des femmes. Face aux poussées insidieuses des nationalismes et des fondamentalismes, devant la perspective d’un monde rongé par les démons de l’argent et menacé par une mondialisation à grands pas, il s’avère indispensable de repenser l’héritage méditerranéen à travers des réponses féminines. Car si les femmes de la Méditerranée ont un rôle à jouer, c’est, entre autres, de renouer le dialogue entre les communautés et les cultures, de redonner à cette région et au-delà d’elle, au monde, une saveur de vivre et des raisons d’espérer, de rendre possible la renaissance de l’individu comme lien avec l’Autre, d’affirmer que l’Homme reste la question et le but de toute interrogation.

Or, c’est parce que le rapport au passé est fondamental à notre époque qu’il faut conjuguer toute réponse avec le point de vue des femmes dont, à tort, on a défini l’histoire comme étant exclusivement à venir. Et c’est parce que la relation au futur est désormais chevillée au devenir féminin, qu’il faut impérativement lier l’avenir de de la Méditerranée au destin de ses femmes.

Fawzia Zouari est écrivain et journaliste tunisienne vivant en France. Auteur d’une dizaine de romans et d’essais dont La Caravane des chimères (Olivier Orban), Pour en finir avec Shéhérazade (CERES), Ce pays dont je meurs (Ramsay), La Retournée (Ramsay), La deuxième épouse (Ramsay), Ce voile qui déchire la France (Ramsay), J’ai épousé un Français (Plon).

Commander le livre sur le site de L’Harmattan

CONFLUENCES MÉDITERRANÉE

CONFLUENCES MÉDITERRANÉE

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

Antisionisme, antisémitisme, sortir de l’amalgame

Le 16 juillet 2017, le président de la République française célèbre la 75e commémoration de la rafle du Vel d’Hiv. Pour la première fois, il a invité le Premier ministre israélien. Après avoir démontré la responsabilité du régime de Vichy dans la déportation des juifs, il conclut : « Nous ne céderons rien à l’antisionisme, car il est la forme réinventée de l’antisémitisme. » Étrange amalgame, puisqu’il confond, dans une même réprobation, un délit – le racisme antijuif – et une opinion qui conteste la pensée de Theodor Herzl.

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille