« Brûleurs »: traversée clandestine vers l’Europe

Lundi 13 mars 2023 | 12h30-14h

L'iReMMO vous offre cette vidéo et le podcast.

Pour nous permettre de continuer à vous offrir des contenus de qualité en libre accès, vous pouvez nous soutenir gratuitement grâce à vos recherches sur internet

Rencontre avec :

Neïla Romeyssa, créatrice du média « Commun exil » où elle recueille et publie des témoignages de personnes exilées. Elle est également fondatrice du podcast « Algéroisement vôtre », dans lequel elle raconte avec poésie ses souvenirs d’Alger, où elle a vécu jusqu’à ses dix-huit ans. À seulement 24 ans, elle publie son premier roman Brûleurs aux éditions JC Lattès, collection La Grenade.

Catherine Wihtol de Wenden, juriste et politologue, directrice de recherche émérite au CNRS, rattachée au CERI (Science Po Paris). Elle a été consultante auprès de l’OCDE, du Conseil de l’Europe et de la Commission européenne, ainsi qu’”expert externe” auprès du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Elle est l’autrice de nombreux travaux et ouvrages, dont Atlas des migrations (Autrement, 2021, 6e édition), Géopolitique des migrations (Eyrolles, 2019) et Des idées reçues sur l’immigration (coll. Bibliothèque de l’iReMMO, L’Harmattan, 2022). 

Modération: Sara Trabi, étudiante au Master Études internationales à l’Université Sorbonne Nouvelle.

Présentation de l’éditeur
De sa fenêtre, Salim regarde la mer, le mouvement des vagues, et enfin il se sent vivre. Ici, à Alger, le soleil brille mais le quotidien est gris. Pas de boulot. Pas de perspective ni d’espoir. Il n’y a que des mauvaises cigarettes, des mauvaises bières et des mauvaises nuits.
C’est la désillusion, et Salim ne veut pas être un désillusionnaire de plus. Il va partir, prendre la mer et rejoindre l’Europe, pour y libérer son énergie et réaliser son envie d’avenir. Mais comment faire ? Avec Brûleurs, Neïla Romeyssa signe un premier roman intense, coup de poing, furieusement poétique qui raconte la traversée clandestine en mer Méditerranée d’un jeune harraga* algérien nommé Salim. Tandis qu’en Europe, les contrôles aux frontières se renforcent, et qu’en France l’immigration se politise à l’extrême, Brûleurs apporte un regard nouveau à ce débat sans fin, en tentant de contribuer à remettre l’humain au cœur de la discussion.

*Harraga: nom masculin issu du dialecte algérien, signifiant « ceux qui brûlent (leurs papiers/les frontières) ». En Algérie, il désigne les jeunes adultes que l’absence de perspective pousse à fuir leur pays par tous les moyens.

En partenariat avec
Livres de Catherine Wihtol de Wenden

PROCHAINES FORMATIONS

PUBLICATIONS

NOUS REJOINDRE

Lettre d’information de l’iReMMO