Menu

Sahel : la stratégie française en crise ? [EN LIGNE]

Jeudi 17 septembre 2020 – 12h30-14h [EN LIGNE]

En raison de la situation sanitaire actuelle, l’iReMMO organisera toutes ses rencontres
« Controverses » et « Midis » en ligne. 
Ces rencontres sont proposées à tarif libre.
N’hésitez pas à nous soutenir.

 

Rencontre avec :

Marc-Antoine Pérouse de Montclos, politologue et directeur de recherche à l’IRD, chercheur associé au Peace Research Institute, Oslo (PRIO). Il a été rédacteur en chef de la revue Afrique Contemporaine et a été chercheur associé à Chatham House, à Londres, entre 2013 et 2017. Auteur notamment de L’ Afrique, nouvelle frontière du djihad ? (La Découverte, 2018) et de Une guerre perdue. La France au Sahel (JC Lattès, 2020).

Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

 

Présentation du dernier livre d’Antoine Pérouse de Montclos, Une guerre perdue :

François Hollande avait annoncé que la France n’interviendrait pas au Mali. L’objectif était seulement d’appuyer une éventuelle opération de paix des Nations-Unis pour rétablir l’ordre à Bamako où des mutins avaient pris le pouvoir. Un mois plus tard l’armée française intervient.

L’auteur, chercheur, spécialiste des questions africaines et du djihadisme, écoute les partisans de l’opération Serval, les discours, les déclarations d’intention qui balaient toute critique, tout scepticisme. Or pour Marc-Antoine de Montclos il y a tout de suite un risque de retour aux grandes heures de la Françafrique, un risque d’enlisement, un danger extrême pour une ancienne puissance coloniale à se substituer à l’Etat et à l’armée maliens. Il suit tout le déroulement de l’opération depuis 2013  : l’intervention aurait dû être courte, elle s’éternise et avec des effets dévastateurs.

Les fondements de l’intervention au Mali font débat. Le récit officiel veut que, le 7 janvier 2013, des pickups chargés de djihadistes se soient ébranlés en direction de Konna. On sait que les combattants viennent du Nord du Mali où ils se sont emparés de Tombouctou, Gao et Kidal quelques mois plus tôt. Il faut agir, dit-on, sinon Bamako pourrait tomber et puis Niamey, Ouagadougou, Nouakchott… Tout le «  Sahélistan  » serait aux mains des fous de Dieu. La France est la seule à intervenir. Pour quel bilan  ? Les mouvances djihadistes ont proliféré et étendu leurs actions, les violences intercommunautaires se sont multipliées, le banditisme. Que doit faire l’armée française  ? Rester en vain sans améliorer la situation  ? Se retirer pour se dédouaner de toute responsabilité dans les événements en cours  ?

Marc-Antoine Pérouse de Montclos, Une guerre perdue, la France au Sahel (JC Lattès, 2020) :
Acheter le livre
(Place des libraires)

(*prévoir de télécharger l’application à l’avance)

 

L’iReMMO vous offre cette rencontre.
Pour nous permettre de continuer, soutenez notre travail en faisant un don.

Vous pouvez utiliser l’une de nos plateformes ci-dessous :

 

Je m'abonne !

En savoir plus