Agression contre Salman Rushdie : « L’arme juridico-religieuse présente plusieurs tranchants, au point de susciter une inquiétude parmi ses partisans »

Les actes blasphématoires sont de plus en plus durement sanctionnés depuis trente ans dans la plupart des pays musulmans, souligne, dans une tribune au « Monde », l’historien Dominique Avon, relevant l’embarras des autorités religieuses après la tentative de meurtre contre l’écrivain britannique.

Au lendemain de la tentative d’assassinat contre Salman Rushdie, le nom de l’écrivain est le plus cité sur Google en Egypte. Entre le 12 et le 14 août, le quotidien Al-Ahram publie une quinzaine d’articles. Les uns énoncent les faits à partir des communiqués de presse, les autres citent les réactions de personnalités politiques occidentales, dont Joe Biden, Emmanuel Macron, Boris Johnson et Olaf Scholz. Deux articles renvoient au volet iranien du dossier. Le premier, titré : « L’Iran a exigé sa tête », synthétise des faits survenus depuis trois décennies. Le second reprend les propos de Mohammad Marandi : le conseiller de la délégation iranienne sur le nucléaire s’étonne de la coïncidence entre l’événement et la reprise des négociations, et affirme qu’il ne pleurera pas « un écrivain répandant sans fin la haine et le mépris à l’encontre des musulmans et de l’islam, pion impérialiste prétendant être un romancier postcolonial ».

Rien n’est dit des prises de position d’oulémas sunnites contre M. Rushdie. Du côté chiite, le Hezbollah affirme ne pas avoir de lien avec Hadi Matar, l’agresseur présumé, alors qu’il y a dix-sept ans, le secrétaire général du « Parti de Dieu » affirmait que si un musulman avait exécuté la fatwa contre Salman Rushdie, les caricatures de Mahomet n’auraient jamais été publiées.

Pour mesurer les enjeux doctrinaux, il faut aller sur le site Web des « Gens du Coran », un groupe égyptien combattu par les autorités religieuses officielles. Ces musulmans estiment que l’université Al-Azhar (Le Caire), instance sunnite de référence, se trouve dans une position impossible : si, disent-ils, vous reconnaissez la véracité du récit des Versets sataniques, vous êtes condamné pour apostasie ; si vous le rejetez, faire couler votre sang est autorisé du fait que vous remettez en question un récit transmis au sein de la tradition, par exemple dans le commentaire du théologien Abu Hafs Al-Nasafi (1068-1152).

ÉDITO

ÉDITO

Le sort des migrants et réfugiés pris au piège en Libye. L’UE doit réagir au «naufrage de civilisation»

A la fin de l’année 2017, des images insoutenables d’hommes vendus comme de simples marchandises en Libye faisaient le tour du monde. L’heure était à l’indignation et aux promesses que des mesures seraient prises pour protéger ces réfugiés et ces migrants d’un système criminel organisé d’abus et d’exploitation. Images furtives, l’heure s’est écoulée, laissant la place à une nouvelle indignation, faisant oublier les promesses pourtant faites.

Lire la suite »

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

Lettre d’information