Appel au cessez-le-feu à Gaza: les Américains « réfléchissent à une architecture plus globale »

Assiste-t-on à un tournant dans la guerre que mène Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza ?
 

Les États-Unis ont appelé pour la première fois depuis le début du conflit à un « cessez-le-feu immédiat » à Gaza, dans une résolution présentée à l’ONU mercredi 20 mars. Une revirement certainement en gestation depuis déjà plusieurs semaines. Ce dernier s’explique par l’enjeu de la présidentielle américaine, qui se jouera en fin d’année et donc la volonté de Biden d’aller dans une direction politique, avant novembre.

Cette demande de cessez-le-feu constitue sûrement une première étape, dans laquelle les Américains veulent essayer de ralentir le rythme, pour ensuite, peut-être, en venir à des questions plus politiques. À très moyen terme, l’idée est de réfléchir à une architecture plus globale. Dans cette optique, l’Arabie saoudite est le pays arabe qui va jouer un rôle important, qui est en capacité de le faire et en liaison étroite avec les États-Unis. La première étape est un cessez-le-feu et la libération des otages.

Si en premier lieu on aperçoit un schéma de justification humanitaire, ce sont en arrière plan des pistes politiques qui se construisent et s’articulent au plan humanitaire.

On peut espérer que cette initiative américaine rende au Conseil de Sécurité son rôle et son pouvoir d’action.

 

ÉDITO

ÉDITO

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

« Ma guerre des Six-Jours »

Lorsqu’on me demande pourquoi je me suis passionné pour le conflit israélo-arabe, je cite toujours « ma » matinée du 5 juin 1967 : alors que je viens, sur Europe 1, d’entendre Julien Besançon raconter la destruction de l’aviation égyptienne par les raids israéliens, je descends dans la rue pour me rendre à la fac et découvre France-Soir proclamant « Les Égyptiens attaquent Israël ». En fait, le « petit David » vient de lancer contre le « grand Goliath » une guerre préventive au terme de laquelle il va quadrupler son territoire, occupant la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza, sans oublier le Sinaï et le Golan. Le mensonge est si gros que, pour sa seconde édition, le journal de Pierre Lazareff rectifie – si l’on ose dire – le tir : « C’est la guerre au Moyen-Orient », affiche désormais sa « une ». Par Dominique Vidal

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille