Israël: jusqu’où ira Netanyahou?

Netanyahou a déclaré que la frappe sur ayant tué 11 humanitaires de l’ONG World Central Kitchen était « non intentionnelle ». Cependant, il faut rester prudent, au sein d’une guerre chaque partie suis une logique d’intérêt, par conséquent il faut garder l’hypothèse qu’il ne s’agit peut-être pas d’une erreur. Gardons surtout à l’esprit que la conséquence concrète de cette frappe est qu’une très importante ONG de la bande de Gaza ne peut plus distribuer de nourriture et se retire du terrain. Si l’on reprend la chronologie et que l’on regarde la volonté du gouvernement israélien d’utiliser l’arme de la faim et d’affamer la population, même s’il s’agit d’un dommage collatéral, finalement, l’acte sert la stratégie israélienne.

Par ailleurs, les journalistes n’ont toujours pas le droit de se rendre à Gaza.

Actuellement, Israël tue, mais tuer déclenche simplement des effets qui ne sont pas politiques et qui ne serviront donc pas à avancer vers des solutions pacifique et vers la paix. Il faut une perspective politique pour établir de la confiance et des solutions pacifiques. 

La posture américaine, quant à elle, reste ambiguë. Joe Biden dit des choses d’un côté sans aligner ses actions. Rien n’est fait pour contraindre Netanyahou. Les élections présidentielles américaines arrivent en novembre ce qui va marquer un nouveau tournant dans le soutien à Israël. Donald Trump, lui,  est en alignement total avec Israël, son élection assurerait d’autant plus d’ouverture à Israël, ou du moins réduirait fortement sa critique.

L’argument sécuritaire avancé par Israël ne devrait trouver sa pertinence que si l’on cherche une sécurité pensée pour tout le monde,  pour les Israéliens mais aussi pour les Palestiniens. On ne peut pas construire la sécurité des uns sur l’insécurité absolue des autres. Par ailleurs, pour arriver à la sécurité il y a deux moyens : l’illusion de la force qui montre ses échecs et faiblesses à moment ou à un autre ou le règlement politique.

Même si, aujourd’hui, il n’est pas encore pensable d’entamer un traité de paix en raison de l’extrémité israélienne et des l’état de Gaza, si on ne commence pas dès à présent à penser autrement la question de la sécurité, c’est-à-dire à la penser en terme politique, on ira vers une guerre sans fin. C’est là que se joue le rôle de la communauté internationale.

Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO.

ÉDITO

ÉDITO

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

La France et l’opposition syrienne

Étrange et macabre arithmétique : les 108 morts de Houla semblent sortir la communauté internationale de sa torpeur alors qu’ils s’ajoutent à une série déjà tragique de milliers de personnes assassinées par le régime syrien, plus de 13 000 depuis le début de la révolte. On peut penser qu’il s’agit d’un tournant, peut-être décisif, dans cette guerre contre les civils, avant qu’elle ne bascule dans une guerre civile.

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille