Liban: comment sortir du marasme?

Fin juin, les parlementaires libanais ont échoué pour la douzième fois à élire un président. Le poste est vacant depuis huit mois. Une carence du pouvoir qui affaiblit un État déjà paralysé par les difficultés : 80% de la population libanaise vit sous le seuil de pauvreté, la monnaie s’effondre et les classes moyennes qui le peuvent fuient le pays. 

Par ailleurs, Jean-Yves Le Drian, l’émissaire français pour le Liban a commencé ses consultations à Beyrouth. L’ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères a été désigné par le président de la République pour tenter d’aider le pays à sortir de la crise politique et économique dans laquelle il s’enfonce. 

Alors, comment sortir du marasme dans lequel est plongé le pays du cèdre ? L’ingérence étrangère – et notamment française – sont-elles les bienvenues ?

 

Agnès Levallois a été invitée par Radio France Internationale pour parler de la crise à multiples facettes qui affecte le pays du cèdre, et le rôle équivoque que jouent (ou devraient jouer) les puissances étrangères et la France.

« S’il y a encore ce réflexe de se dire qu’elle en est capable, est ce qu’elle en est encore vraiment en mesure ? Le point d’interrogation mérite d’être posé.

Par ailleurs, les intérêts de la France dans cette région se sont déplacés du Proche-Orient vers le Golfe. On l’a vu, Emmanuel Macron reçoit le prince héritier saoudien… »

“Les Libanais se disent encore que la situation se réglera de l’extérieur. Mais il me semble que cette crise dramatique que traverse le pays depuis quelques années est la démonstration d’un système politique complètement sclérosé, et que la solution ne vient qu’avec la remise en cause de ce système. 

La nature de cette crise repose sur ce système communautaire, où toute décision doit être prise par un consensus des 5 chefs communautaires. On est dans une logique de marchandage entre les différentes forces politiques pour que chacune retire le maximum de l’accord. C’est ça le nœud de ce blocage auquel on assiste. Il n’y a plus de croyance en l’Etat : chaque libanais se tourne vers son chef communautaire.”

Agnès Levallois, vice-présidente de l’iReMMO

ÉDITO

ÉDITO

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

Après «Charlie», revenir au Moyen-Orient

Pour réfléchir aux causes profondes des actes criminels dont nos concitoyens ont été victimes à Paris, au mois de janvier, l’analyse des déficits d’intégration de notre République est essentielle, mais insuffisante tant les profils des jihadistes sont multiples. Il faut aussi essayer de saisir ce qui se passe vraiment au Moyen-Orient.

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille