Violences en Cisjordanie: «Depuis sa nomination, le gouvernement israélien de Nétanyahou a choisi d’appliquer une ligne dure»

L’armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, mène des opérations quasi quotidiennes à travers ce territoire palestinien, particulièrement dans les secteurs de Jénine et de Naplouse, bastions de factions palestiniennes armées.

Jeudi 26 et vendredi 27 janvier, en Cisjordanie et à Gaza, au moins dix Palestiniens ont été tués lors d’opérations israéliennes, dont la dernière a été présentée comme une réponse à des frappes du Hamas. Il s’agit de la séquence la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis la flambée de violence d’août 2022 entre l’armée israélienne et le Jihad islamique à Gaza, pendant laquelle quarante-neuf Palestiniens, parmi lesquels des combattants mais aussi des civils, dont des enfants, ont péri en trois jours d’août 2022.

Les décès de jeudi portent à trente le nombre de Palestiniens, civils ou membres de groupes armés, tués depuis le début de l’année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens.

Jénine est en état de siège depuis des mois. La concentration des opérations comme celle de jeudi dans ce camp est liée à la résistance opposée à l’armée israélienne par les Brigades de Jénine, composées de jeunes Palestiniens qui ont décidé de recourir de nouveau aux armes, non pas en menant des attentats kamikazes en Israël mais en optant pour une forme de lutte armée contre les soldats israéliens.

Comment expliquer ce regain de violences, qui ont atteint un niveau inégalé depuis la deuxième intifada (2000-2005) ?

Le facteur le plus important, c’est l’investiture du nouveau gouvernement israélien de Benyamin Nétanyahou [alliant des partis de droite, d’extrême droite et ultraorthodoxes juifs], qui est composé pour la première fois de suprémacistes juifs racistes et homophobes.

Ceux-ci, grâce à l’alliance avec le Likoud [le parti de Benyamin Nétanyahou], non seulement ont un groupe important à la Knesset [le Parlement], mais se sont également vu offrir des ministères-clés, comme celui de la sécurité intérieure, avec à sa tête [le suprémaciste juif] Itamar Ben Gvir, et celui des finances, dont est chargé [l’ultranationaliste religieux] Bezalel Smotrich, de qui dépend également la gestion civile de la Cisjordanie.

Depuis sa nomination, le gouvernement a choisi d’appliquer une politique de «la main forte», une ligne dure avec une volonté de frapper fort. Il est à noter que ces événements s’inscrivent par ailleurs dans un contexte de violences enracinées depuis de longues années.

Pourquoi les raids se sont-ils concentrés sur le camp de réfugiés de Jénine ?

Jénine est en état de siège depuis des mois [l’armée y intervient toutes les semaines depuis un an]. La concentration des opérations comme celle de jeudi dans ce camp est liée à la résistance opposée à l’armée israélienne par les Brigades de Jénine, composées de jeunes Palestiniens qui ont décidé de recourir de nouveau aux armes, non pas en menant des attentats kamikazes en Israël mais en optant pour une forme de lutte armée contre les soldats israéliens.

Jénine a par ailleurs été une ville martyre en 2002, durant la deuxième intifada. Le camp avait été totalement détruit par des bulldozers. Au total, l’opération avait fait cinquante-deux morts chez les Palestiniens, dont une vingtaine de civils [elle avait également coûté la vie à vingt-trois soldats israéliens].

Ces violences risquent-elles d’embraser tout le territoire ?

L’accumulation des violences et le nombre de décès, notamment de mineurs ou de gens âgés, sont significatifs. Ces éléments risquent évidemment à tout moment d’embraser l’ensemble de la Cisjordanie. Toutefois, depuis 2005, des commentateurs internationaux annoncent régulièrement une troisième intifada, mais je me méfie de ce type de «pronostics».

Dominique Vidal, journaliste et historien

Propos recueillis par Clémence Apetogbor

ÉDITO

ÉDITO

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

Trump et le Moyen-Orient une politique irréfléchie de puissance

Le 16 décembre, le Sénat des États-Unis votait à une large majorité une résolution interdisant toute aide militaire américaine à la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen. Même si ce vote est symbolique, c’est la première fois que l’une des deux chambres du Congrès affirme sa souveraine autonomie sur une question de guerre ou de paix, sous le « War Powers Act » (loi fédérale de 1973 limitant les pouvoirs du Président d’engager les forces armées dans des conflits sans le consentement du Congrès). Le Sénat passait aussi une résolution mettant nommément en cause le Prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) pour le meurtre de Jamal Khashoggi et exigeait des comptes à l’État saoudien.

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille