Menu

Les relations intermaghrébines

Observatoire du Maghreb : Maroc, Algérie, Tunisie, Libye dans le contexte du « printemps arabe »
Étude trimestrielle n° 4 – Janvier 2014

Cette étude porte sur les vicissitudes de la construction maghrébine : pour les relations intermaghrébines ne parviennent-elles pas à trouver leur point d’équilibre ? Pourquoi l’Union du Maghreb arabe n’arrive-t-elle pas jusqu’à présent à réaliser les objectifs qui lui sont assignés ? Qu’est-ce qui fait que le Maghreb figure parmi les régions les moins intégrées économiquement à l’échelle mondiale ? Vers quel modèle géopolitique évolue le Maghreb ? La présente étude examinera les paramètres de l’équation maghrébine à partir de trois éléments : l’état des lieux des relations intermaghrébines ; les facteurs de blocage du processus d’intégration au Maghreb ; et les scénarios d’évolutions des relations intermaghrébines.

Auteur : Rachid El Houdaigui, professeur à l’université Abdelmalek Essaadi (faculté de droit) de Tanger et au Collège royal des hautes études militaires (Kenitra) ; il est également président de l’Association marocaine de droit international et de relations internationales, et responsable de l’Observatoire d’études méditerranéennes à l’université Abdelmalek Essaadi.

Télécharger le document :  Les relations intermaghrébines

Table des matières

État des lieux des relations intermaghrébines

Le constat : échec global de l’intégration maghrébine

Sur le plan politique

  • Volet institutionnel
  • En matière de politique étrangère
  • Volet sécuritaire

Sur le plan économique

  • Au niveau des échanges commerciaux
  • Au niveau des relations multilatérales
  • Le coût du « non-Maghreb »
  • Le défi : la persistance de l’insécurité humaine durable
  • Un environnement économique et social équitable
  • L’existence d’une activité politique non violente
  • Un environnement sécuritaire fiable

Facteurs explicatifs du blocage du processus d’intégration au Maghreb

La rivalité algéro-marocaine

  • Des constructions politiques différentes
  • Des perceptions réciproques négatives
  • Des politiques étrangères tournées vers le positionnement géopolitique

L’absence de convergence économique

  • Le caractère divergent des politiques économiques
  • L’inadaptation des infrastructures aux impératifs de l’intégration

Limites fonctionnelles de l’UMA

  • Pratique de l’unanimité et centralité du Conseil de la présidence
  • Un cadre normatif limité

Scénarios d’évolution des relations intermaghrébines

  • Le statu quo : faire semblant en multipliant les concertations
  • Normalisation stratégique et relance de l’intégration régionale
  • Désintégration et incertitude géopolitique

Conclusion

Je m'abonne !

En savoir plus