Des idées reçues sur l’immigration

Mars 2022 – N° 43
Autrice : Catherine Wihtol de Wenden

Couverture du livre de Catherine Withol de Wenden "des idées reçues sur l'immigration"
De nombreuses idées reçues sur l’immigration, parfois vieilles de 150 ans, refont surface en France depuis quelques années, avec une vigueur qu’on aurait pu penser d’un autre temps. Si le nationalisme de repli qui traverse notre pays les remet au goût du jour, la campagne présidentielle de 2022 les porte à incandescence dans le débat public. Du grand remplacement à l’appel d’air de l’État-providence, du coût financier exorbitant des immigrés à la concurrence qu’ils font peser sur l’emploi, du développement à l’érection des frontières comme autant de solutions supposées aux migrations, cet ouvrage revisite quelques-unes de ces idées reçues pour mieux saisir les raisons de leur survenue et leur arrière-plan idéologique. Ce faisant, cet ouvrage s’assigne surtout la tâche de les déconstruire. Cet ouvrage fournit une analyse lucide autant qu’indispensable en ces temps troublés où des entrepreneurs identitaires ne répugnent devant aucune idée dangereuse et erronée pour agiter les peurs collectives.
Autrice
Catherine Wihtol de Wenden, juriste et politologue, directrice de recherche émérite au CNRS, rattachée au CERI (Science Po Paris). Elle a été consultante auprès de l’OCDE, du Conseil de l’Europe et de la Commission européenne, ainsi qu’”expert externe” auprès du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Elle est l’autrice de nombreux travaux et ouvrages, dont Atlas des migrations (Autrement, 2021, 6e édition), Migrations en Méditerranée (avec Camille Schmoll et Hélène Thiollet, CNRS, 2015) et Géopolitique des migrations (Eyrolles, 2019). Elle vient de publier Des idées reçues sur l’immigration dans la collection Bibliothèque de l’iReMMO (l’Harmattan, 2022).
3 questions à Catherine Withol de Wenden

CONFLUENCES MÉDITERRANÉE

CONFLUENCES MÉDITERRANÉE

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

La Syrie, un nouvel échec pour l’ONU ?

Ban Ki-moon était, la semaine dernière, le premier secrétaire général de l’ONU à se rendre à Srebrenica où en 1995 les troupes serbes de Bosnie ont massacré près de 8 000 hommes alors que le Conseil de sécurité en avait fait une zone de sécurité sous la protection de Casques bleus. Massacre qualifié de génocide par la justice pénale internationale… Cette visite a son importance, pour la mémoire des Bosniaques assassinés et leurs familles mais aussi pour les Nations unies qui viennent officiellement, par la voix de leur plus haut responsable, de reconnaître leur faute. Comme l’a dit Ban Ki-moon devant le parlement bosniaque : «Les Nations unies n’ont pas été à la hauteur de leurs responsabilités… La communauté internationale a échoué à empêcher le génocide de Srebrenica… qui résonne comme l’un des chapitres les plus noirs de l’histoire moderne.»

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille