La question kurde en France

Mercredi 18 janvier 2023 | 18h30-20h30

23 Bd Carnot, 13100 Aix-en-Provence, France
Entrée libre
Un jeune et un ancien brandissent une banderole lors de la manifestation avec la gauche kurde
Photo : Cuervo/UCL Marseille
Rencontre avec :

Rémi Carcélès, chercheur en science politique. La thèse qu’il développe actuellement (Unité de recherche Mesopolhis, AMU, CNRS) porte sur l’insertion des militants d’origines turques, kurdes ou arméniennes et de leurs revendications dans l’espace des mobilisations en France. Il travaille également sur les relations internationales de la Turquie et plus largement de toute la zone Méditerranée Moyen-Orient.

En partenariat avec

CONFLUENCES MÉDITERRANÉE

CONFLUENCES MÉDITERRANÉE

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

Les Israéliens vont-ils réélire un « voyou » ?

« Pour que le sionisme réussisse, confiait Benito Mussolini en 1935, il vous faut un État juif, avec un drapeau juif et une langue juive. La personne qui comprend vraiment cela, c’est votre fasciste, Jabotinsky ». Scissionniste, ce dernier avait créé dix ans plus tôt le « sionisme révisionniste », opposé à David Ben Gourion : il voulait s’emparer par la force de toute la Palestine pour créer un État juif des deux côtés du Jourdain. Ce programme ne semblait pourtant pas assez radical à une petite aile du mouvement, qui prit le nom de « birionim » : « voyous », en hébreu. Ceux-ci saluèrent même l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler. L’un de ces birionim s’appelait Benzion Netanyahou, le père de Benyamin.

Lire la suite »
Lettre d’information de l’iReMMO

Lettre d'information d'ireMMO-Suds

Recevez toutes les infos sur les activités de l’iReMMO à Marseille