Algérie 1962. Une histoire populaire

Mardi 10 mai 2022 – 18h30-20h30

Mardi 10 mai 2022 – 18h30-20h30

Mardi 10 mai 2022 – 18h30-20h30

Rencontre organisée par le Forum France-Algérie

Présentation du livre de Malika Rahal, Algérie 1962. Une histoire populaire (La Découverte, 2022)

Malika Rahal, historienne, chargée de recherche au CNRS, est spécialiste de l’histoire contemporaine de l’Algérie. Elle est née en 1974 à Toulouse. En 1998, elle est reçue à l’agrégation d’histoire. En 2007, elle soutient une thèse d’histoire sous la direction de Benjamin Stora à l’Inalco, où elle a également fait des études d’arabe. Son travail portait sur l’Union démocratique du manifeste algérien (UDMA), le parti de Ferhat Abbas. Malika Rahal dirige, depuis 2022, l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP). Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, notamment d’une biographie d’Ali Boumendjel, avocat et militant nationaliste assassiné en 1957, Ali Boumendjel. Une affaire française, une histoire algérienne (Belles Lettres, 2011 ; réed. poche : La Découverte, 2022).

Modération : Saddek Fenardji, membre Nabni, Farid Yaker, président du Forum France-Algérie.

Présentation de l’ouvrage

En Algérie, l’année 1962 est à la fois la fin d’une guerre et la difficile transition vers la paix. Mettant fin à une longue colonisation française marquée par une combinaison rare de violence et d’acculturation, elle voit l’émergence d’un État algérien d’abord soucieux d’assurer sa propre stabilité et la survie de sa population. Si, dans les pays du Sud, cette date est devenue le symbole de l’ensemble des indépendances des peuples colonisés, en France, 1962 est connue surtout par les expériences des pieds-noirs et des harkis. En Algérie, l’historiographie de l’année 1962 se réduit pour l’essentiel à la crise politique du FLN et aux luttes fratricides qui l’ont accompagnée. Mais on connaît encore très mal l’expérience des habitants du pays qui y restent alors.
D’où l’importance de ce livre, qui entend restituer la façon dont la période a été vécue par cette majorité. L’année 1962 est scandée par trois moments : cessez-le-feu d’Évian du 19 mars, Indépendance de juillet, proclamation de la République algérienne le 25 septembre. L’histoire politique qu’ils dessinent cache des expériences vécues, que restitue finement Malika Rahal au fil d’une enquête mobilisant témoignages, autobiographies, photographies et films, chansons et poèmes. Émerge ainsi une histoire populaire largement absente des approches classiques : en faisant place au désespoir des Français d’Algérie dont le monde s’effondre – désarroi qui nourrit la violence de l’OAS –, elle relate le retour de 300 000 réfugiés algériens de Tunisie et du Maroc, la libération des camps de concentration où était détenu un quart de la population colonisée, ou la libération des prisons, ainsi que les spectaculaires festivités populaires. L’ouvrage décrit des expériences collectives fondatrices pour le pays qui naît à l’Indépendance : la démobilisation et la reconversion de l’Armée de libération nationale, la recherche des morts et disparus par leurs proches, l’occupation des logements et terres laissés par ceux qui ont fui le pays. Une fresque sans équivalent, de bout en bout passionnante.

France-Algérie, deux siècles d’histoire — un dossier d’Orient XXI

« L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Deux générations se sont succédé et pourtant, ce qui s’est joué pendant cette période coloniale n’en finit pas de façonner la société et la scène politique française, comme en témoignent certaines initiatives prises par le président Emmanuel Macron et les débats qu’elles ont suscitées des deux côtés de la Méditerranée. »

Liens vers l’article et vers l’interview.

Inscription obligatoire
Organisé par
Lettre d’information