Le Rafale, témoin des nouveaux rapports de force dans le Golfe – Intervention d’Agnès Levallois, vice-présidente de l’iReMMO

« Les pays du Golfe, l’Arabie saoudite et les Emirats en particulier, se rendent bien compte qu’ils ne peuvent plus compter de la même façon sur les Américains », a fortiori depuis l’arrivée du démocrate Joe Biden à la Maison Blanche en janvier, relève Agnès Levallois, vice-présidente de l’Institut de Recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient (iReMMO) à Paris.

Les Etats-Unis, devenus premier producteur mondial d’hydrocarbures grâce à leurs réserves de schiste, ont considérablement réduit leur dépendance énergétique vis-à-vis du Golfe, et par ricochet leur posture militaire dans la région. « Les pays du Golfe ont beau avoir plein de matériel, ils se sentent éminemment vulnérables. Donc ils passent leur temps à acheter des assurances-vie auprès de partenaires qui peuvent les rassurer et rassurer aussi ceux qui investissent chez eux », ajoute Agnès Levallois.

Les Emirats arabes unis (EAU) ont signé vendredi un accord pour l’achat de 80 Rafale de nouvelle génération – un contrat total de 16 milliards d’euros – devenant le premier client à l’étranger du constructeur français Dassault devant le Qatar, l’Inde et l’Egypte. Cette commande vise à remplacer 60 Mirage 2000-9 acquis en 1998. « Ils veulent être les mieux équipés de la région, avec du côté américain le F35 et du côté européen le choix du Rafale », pointe François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) à Paris.

ÉDITO

ÉDITO

Le sort des migrants et réfugiés pris au piège en Libye. L’UE doit réagir au «naufrage de civilisation»

A la fin de l’année 2017, des images insoutenables d’hommes vendus comme de simples marchandises en Libye faisaient le tour du monde. L’heure était à l’indignation et aux promesses que des mesures seraient prises pour protéger ces réfugiés et ces migrants d’un système criminel organisé d’abus et d’exploitation. Images furtives, l’heure s’est écoulée, laissant la place à une nouvelle indignation, faisant oublier les promesses pourtant faites.

Lire la suite »

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

LES ANALYSES DE CONFLUENCES

La Tunisie démocratique à l’épreuve des urnes

Huit ans après le renversement du régime autoritaire en place, la Tunisie vient de vivre une nouvelle étape de sa transition vers une démocratie mature. Les échéances électorales ouvertes par le premier tour de la présidentielle le 15 septembre suivi du deuxième tour le 13 octobre dernier (sans oublier les législatives du 6 octobre) ont montré un pays qui maitrise désormais parfaitement, dans le calme et la transparence, le processus électoral. Montrant encore une fois l’exemple, la Tunisie a su traverser cette nouvelle épreuve, sans violence dans les rues et dans le respect scrupuleux des règles constitutionnelles et des institutions du pays. La démocratie tunisienne en sort confortée : c’est là le premier enseignement de cette période délicate.

Lire la suite »
Lettre d’information