Le Liban : une société sans Etat ?

Jeudi 20 Décembre – 19h
Les Rendez-vous de l’actualité
Institut du Monde arabe | Auditorium
1 rue des Fossés-Saint-Bernard,
75005 Paris

Rencontre avec : Karim-Emile Bitar, professeur de relations internationales, consultant et géopolitologue, spécialiste du Moyen-Orient et de la politique étrangère des Etats-Unis ;  Aurélie Daher, enseignante-chercheuse à Paris-Dauphine et à Sciences Po Paris, spécialiste du chiisme politique et du mouvement Hezbollah ; Rima Tarabay, militante écologiste, consultante, et femme politique libanaise, actuellement chargée des relations de Saad Hariri auprès de l’Union européenne et du parlement français. Modération: Anthony Bellanger, journaliste et chroniqueur éditorialiste international aux Inrocks et à France Inter.

Proche-Orient: histoire secrète d’un succès diplomatique français

Lundi 14 janvier 2019 - 12h30 à 14h00
Rencontre avec Hervé de Charette, ancien ministre, en particulier des Affaires étrangères de 1995 à 1997. Il a également été ministre délégué à la fonction publique et au plan (1986-1988) et ministre du logement (1993-1995). Maître des requêtes au Conseil d’État, il a aussi été maire de Saint-Florent-le-Vieil de 1989 à 2014, et député de Maine-et-Loire entre 1988 et 2012. Modération: Dominique Vidal, journaliste et historien.

 

Liban : après la victoire du Hezbollah

Jeudi 7 juin 2018
Rencontre avec Nicolas Dot-Pouillard, docteur en études politiques, chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient (Beyrouth) et core-researcher au sein du programme When authoritarianism fails in the Arab world (Wafaw). Ancien senior analyst pour l’International Crisis Group en Tunisie. Auteur de La Mosaïque éclatée. Une histoire du mouvement national palestinien (1993-2016) (Actes Sud, 2016), Tunisie : la révolution et ses passés (Iremmo/L’Harmattan, 2013), et avec Wissam Alhaj et Eugénie Rébillard, de De la théologie à la libération : histoire du Jihad islamique palestinien (La Découverte, 2014).
Modération : Dominique Vidal, historien et journaliste

Élections politiques au Liban : nouveautés et complexités

Jeudi 7 juin 2018
Entretien avec Nicolas Dot-Pouillard, docteur en études politiques, chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient (Beyrouth) et core-researcher au sein du programme When Authoritarianism Fails In The Arab World (WAFAW). Ancien senior analyst pour l’International Crisis Group en Tunisie. Auteur de La Mosaïque éclatée. Une histoire du mouvement national palestinien (1993-2016) (Actes Sud, 2016), Tunisie : la révolution et ses passés (Bibliothèque de l’iReMMO/L’Harmattan, 2013), et avec Wissam Alhaj et Eugénie Rébillard, de l’ouvrage De la théologie à la libération : histoire du Jihad islamique palestinien (La Découverte, 2014).

Soie et fer : au cœur des relations tumultueuses entre Europe et Proche-Orient au XIXe siècle

Vendredi 18 mai 2018
Rencontre avec Fawwaz Traboulsi, professeur associé à l'université libano-américaine de Beyrouth et figure de la scène intellectuelle libanaise. Il a publié une dizaine de livres dont A History of Modern Lebanon (Pluto Press, 2007), et a traduit des œuvres de Karl Marx, d'Antonio Gramsci, d'Isaac Deutscher et d'Edward Saïd. Il a également publié une analyse du pouvoir politique libanais au regard des classes sociales qui composent le pays, publiée par la fondation Heinrich-Böll.
Modération: Farouk Mardam-Bey, écrivain et éditeur, directeur de la collection Sindbad chez Actes Sud.

Comment la Syrie fut-elle créée (XIXe-XXIe siècles) ?

Mardi 17 avril 2018
Présentation du livre Histoire de la Syrie XIXe-XXIe siècle de Matthieu Rey (Fayard, avril 2018)
Rencontre avec Matthieu Rey, chargé de recherche au CNRS (Iremam) et chercheur associé à la Chaire d'histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France. Après avoir réalisé une thèse sur les parlementaires syriens et irakiens dans les années 1950 et réalisé un long terrain en Syrie de 2009 à 2013, il consacre actuellement ses recherches à la question de la construction de l'Etat dans l'Orient arabe et persan, dont le livre Histoire de la Syrie XIXe-XXIe siècle constitue la première étape.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

[Tribune] « La dignité n’a pas de prix » : 5 millions de Palestiniens otages de Trump

Tribune à Lire sur Libération

Imaginons : le 1er mai prochain, en France, toutes les écoles, les hôpitaux, les centres d’aide sociale ferment brutalement, jusqu’au 31 décembre 2018. Il n’y a plus de fonds pour les faire fonctionner. Impensable ! En France, oui. Mais ce désastre est sur le point de se réaliser pour les 5 millions de Palestiniens qui vivent en Jordanie, au Liban, en Syrie, à Gaza, en Cisjordanie occupée...

Voyage Géopolitique au Liban

du samedi 24 au samedi 31 mars 2018


Le Liban fascine au-delà de ses seules frontières. C’est aussi le pays des idées reçues : ancienne « Suisse du Moyen-Orient », ou pays ravagé par une terrible guerre civile confessionnelle (1975-1990). C’est en effet une terre de paradoxes. Beyrouth demeure une capitale attractive et dynamique, un pôle des arts et de la culture au Moyen-Orient, au pluralisme intellectuel et politique indéniable : et pourtant, le Liban souffre aussi des conséquences du conflit syrien depuis 2011, entre afflux massif de réfugiés et instabilité sécuritaire. La guerre avec Israël n’est jamais loin – notamment au sud-Liban. Société civile, mouvements sociaux, revendications écologiques témoignent du dynamisme extraordinaire de sa jeunesse : mais le poids des structures confessionnelles, religieuses et politiques pèse également sur une population souffrant d’une détérioration de la situation économique.


Ce sont ces réalités que l’iReMMO et Hasamélis vous proposent de découvrir, au cours de son voyage géopolitique : rencontres avec des représentants libanais des principaux partis politiques, avec la société civile comme avec des intellectuels et journalistes, mais également discussions avec les associations défendant les droits des réfugiés palestiniens et syriens au Liban, se conjugueront avec la découverte du patrimoine historique libanais, du Nord au Sud du Liban.

Sunnites et chiites : la grande discorde

Mardi 19 décembre 2017
Rencontre avec : Laurence Louër, professeure associée à Sciences Po, rattachée au Centre de recherches internationales (CERI) et Pierre-Jean Luizard, directeur de recherche CNRS au sein du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL, UMR8582, CNRS / EPHE), historien.
Modération : Agnès Levallois, consultante, spécialiste du Moyen-Orient et vice-présidente de l’iReMMO.

Terrorisme(s)

N°102 - Automne 2017
Dossier dirigé par Jean-Paul Chagnollaud
Un des paradoxes majeurs du terrorisme réside dans l’écart abyssal existant entre les logiques de des modalités d’action, toujours à peu près les mêmes à travers le temps et l’espace, et ses racines sociologiques multiples et changeantes selon les séquences historiques dans lesquelles il fait irruption.  L’acte terroriste s’inscrit toujours dans une logique spécifique qui n’est jamais irrationnelle même si elle peut apparaître comme telle. Il instrumentalise des victimes innocentes pour faire pression sur un adversaire qui est en fait la véritable cible dans une situation conflictuelle où les auteurs se trouent engagés. Tout se passe comme si la relation à deux (terroriste et victime) se métamorphosait en un « triangle terroriste-victime-cible »

Où en est la transition démographique dans le monde arabe ?

Je ne vais pas faire un cours de démographie. Ce serait lassant. Je vais essayer de montrer les implications de la démographie, socio-économiques et idéologiques dans le monde arabe. Quels sont les enseignements qu’on peut tirer de sa transition démographique? Et, de ce qui survient actuellement, les contre-transitions démographiques ?
Par Youssef Courbage

Printemps perdus de Méditerranée (1991-2017)

N°100 - Printemps 2016-2017
Dossier dirigé par Pierre Blanc
25 ans. Une génération. C’est aussi l’âge de Confluences Méditerranée. Nous sommes heureux de cette aventure partagée, stimulante et durable. En 25 ans, la revue n’a jamais manqué une sortie trimestrielle. Avec le présent numéro, nous en sommes donc rendus au centième. Le premier fut publié à la fin 1991, c’est-à-dire à un tournant historique pour le monde et la région : celui de la fin de la guerre froide et du début des négociations de Madrid entre Israéliens et Arabes qui pouvaient permettre d’envisager un avenir meilleur. 25 ans après, nous avons voulu consacrer le numéro 100 au bilan de cette période.

Moyen-Orient et ingérences extérieures contemporaines

Samedi 1er avril 2017
Les diplomaties et la crise syrienneManon-Nour Tannous, docteure en relations internationales, ATER à la chaire d'histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France et chercheure associée au Centre Thucydide à l'Université Panthéon-Assas Paris II, L'Irak à travers les guerres avec Pierre-Jean Luizard, directeur de recherche CNRS au sein du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités, La guerre civile libanaise avec Elisabeth Picard, politologue, spécialiste du Moyen-Orient arabe et directrice de recherche émérite au CNRS.

Militer au Hezbollah

mercredi 18 janvier 2017
Erminia Chiara Calabrese, auteure de l’ouvrage Militer au Hezbollah. Ethnographie d’un engagement dans la banlieue sud de Beyrouth (éditions Karthala/ifpo, 2016), post-doctorante au CNRS (IREMAM, Aix-en-Provence) au sein du programme Labex Med.
Modération : Xavier Guignard, ATER et doctorant en science politique à l’Université Paris I.

Partis et recompositions politiques : quelques enseignements du « Printemps arabe »

Longtemps délaissés par les sciences sociales, les partis politiques dans le monde arabe suscitent depuis quelques années un regain d’intérêt. Vingt ans après un travail coordonné par Pierre-Robert Baduel sur le Maghreb dans la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (1996), dix ans après un numéro dirigé par Myriam Catusse dans la même revue sur le Machrek (2006) il semble que l’appel à un renouveau de l’approche du fait partisan ait été entendu.


Par Robin Beaumont est doctorant en Études politiques à l’EHESS (CETOBaC) allocataire du programme ERC WAFAW (IREMAM) et Xavier Guignard est ATER et doctorant en science politique à l’Université Paris 1 (CESSP), chercheur associé à l’IReMMO.

Syrie : Anatomie d’une guerre civile

mardi 18 octobre 2016
Rencontre avec Adam Baczko, doctorat à l'EHESS, Gilles Dorronsoro, Professeur à l'Université Paris Panthéon-Sorbonne et Arthur Quesnay, doctorant à l'Université Paris Panthéon-Sorbonne, auteurs de l'ouvrage Syrie : Anatomie d’une guerre civile, ed. du CNRS, 2016.

Paix et guerres au Moyen-Orient : Séance inaugurale 2016-17

samedi 1er octobre 2016
Violences au Moyen-Orient, avec Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des Universités et Président de l’iReMMO, Nahda : la renaissance arabe. Esquisse d’une histoire conceptuelle, avec Anne-Laure Dupont, historienne et arabisante, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne, Dimension religieuse des conflits contemporains au Moyen-Orient, avec Dominique Avon, professeur d’Histoire à l’Université du Maine (Le Mans) et co-directeur de l’Institut du pluralisme religieux et de l’athéisme (IPRA).

Iran/Arabie saoudite : une guerre froide

N°97 - Printemps-Été 2016
Dossier dirigé par Agnès Levallois et Clément Therme
Le 3 janvier 2016, la rupture des relations diplomatiques entre Téhéran et Riyad est le résultat d’une dégradation continue des relations irano-saoudiennes à la suite des soulèvements arabes de 2011. Si la dimension locale des conflits reste primordiale pour comprendre les causes de l’affaiblissement des Etats dans le monde arabe, force est de constater que l’implication de l’Iran et de l’Arabie Saoudite dans les conflits au Yémen, en Irak, en Syrie et au Liban est désormais un paramètre majeur. Il s’agit en premier lieu d’une instrumentalisation des tensions sectaires par ces Etats qu’elle soit voulue (comme dans le cas de Riyad) ou qu’elle soit subie (comme le montre la politique étrangère iranienne). Cependant, si la variable sectaire est désormais incontournable, elle n’est pas la seule grille de lecture nécessaire pour comprendre les turbulences régionales.

Le Liban à l’ombre de la Syrie

31 mai 2016 - Autour des livres/Controverse
Rencontre avec Elizabeth Picard, politologue, spécialiste du Moyen-Orient arabe et directrice de recherche émérite au CNRS, auteure du livre Liban-Syrie : intimes étrangers, éditions SinBad, Actes Sud, May Maalouf Monneau, professeure assistant à l’Institut supérieur des Sciences politiques et administratives de l’Université Saint-Esprit de Kaslik, auteure du livre Le Liban : de l'Etat inachevé à l'invention d'une nation, collection Bibliothèque de l'ireMMO, éditions L'harmattan.

Modération : Alain Gresh, journaliste, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, fondateur du journal en ligne « Orient XXI »

La société libanaise à l’épreuve du drame syrien

N° 92 Hiver 2014 - 2015
Dossier dirigé par Elisabeth Longuenesse
20 ans après la fin d’une guerre civile de 15 ans (1975-1990), 10 ans après le départ de l’armée syrienne, qui avait mis le pays en coup réglée, le Liban est confronté depuis près de quatre ans à une nouvelle épreuve qu’aucun Libanais n’aurait pu imaginer. C’est aujourd’hui le tour de son grand voisin d’être déchiré par un conflit atroce, qui avait pourtant démarré comme un soulèvement populaire non violent, tandis que la population syrienne fuit la répression, les bombardements, la crise économique, en se réfugiant dans les pays voisins. La présence de plus d’un million de réfugiés, équivalent au quart de la population résidente du Liban en 2011, bouleverse de fond en comble un équilibre social et politique déjà précaire. Derrière l’image d’un capitalisme clinquant, d’une société de consommation débridée, d’une vie culturelle particulièrement dynamique, le délabrement des services publics, le creusement des écarts sociaux, la multiplication des poches de pauvreté, sont à l’origine d’une combinaison étonnante de résistances civiles et de violences incontrôlées. La façon dont la « crise des réfugiés » est gérée est à l’image des contradictions du pays.

Méditerranée : mare nostrum pour les migrants ?

N° 87 Automne 2013
Dossier dirigé par Sylviane de Wangen et Pedro Vianna
La mer Méditerranée est parsemée d’îles appartenant pour la plupart d’entre elles à l’Union européenne, soit en tant qu’État membre (Malte et Chypre), soit en tant que partie insulaire d’un État membre. L’une d’elles, Lampedusa, italienne, est plus proche de la Tunisie et de la Libye que de l’Italie. Cette proximité fait de Lampedusa l’un des terminus des routes maritimes empruntées par les migrants pour atteindre les rivages de l’Union européenne. Ces routes varient au gré de divers facteurs, dont les actions répressives menées par les pays européens, qui ont pour effet de déplacer les voies de passage du Sud vers le Nord, les « filières » de passage – qu’elles soient solidement structurées et contrôlées par des maffias ou qu’elles soient plutôt « artisanales », éphémères et de « proximité » – s’adaptant aux circonstances.

Stratégies islamistes

N° 76 Hiver 2010-2011
Dossier dirigé par Jean-Paul Chagnollaud
Alors même que de Tunis au Caire, nous assistons, en ce début d’année 2011, à des révoltes sociales et politiques de grande envergure, tout se passe comme si nos perceptions du monde arabe, de l’Iran et, dans une moindre mesure, de la Turquie étaient encore plus ou moins calées sur une grille de lecture remontant aux années 1970. L’islam politique s’appréhende encore largement comme un ensemble compact, dangereux, foncièrement antidémocratique et antioccidental. Nombre de médias et d’observateurs cherchent toujours à décrypter les bouleversements en cours dans cette région par des interrogations sur le « péril islamiste » alors même que les partis et les leaders de cette mouvance plurielle ont été absents de ces vastes manifestations aussi bien en Tunisie qu’en Egypte sans oublier le fait, capital, qu’en 2009 c’est tout une fraction du peuple iranien qui a manifesté contre le régime autoritaire des ayatollahs et la réélection truquée de Mahmoud Ahmadinejad.

Nations et territoire : quelles institutions ?

N° 73 Printemps 2010
Dossier dirigé par Robert Bistolfi
Ce que Paul Valery avait dit du caractère mortel des civilisations vaut pour les institutions politiques, et d’abord pour celles qui ont dû gérer une pluralité de peuples, langues, coutumes, religions… Des ensembles institutionnels ont été bâtis qui ont produit des « civilisations » avant de disparaître. Une richesse culturelle trop disparate a eu raison d’elles à la longue. Il y a un siècle, l’empire ottoman et l’empire austro-hongrois se sont effondrés ; l’Union soviétique et la Yougoslavie ont disparu hier. Le ciment de ces ensembles était différent, mais tous ont eu en commun de n’avoir pas pu transformer un lien autoritaire en une adhésion consentie. Un meilleur fonctionnement démocratique aurait-il permis d’aboutir à un équilibre satisfaisant, durable, entre fidélités particulières et consentement à des institutions régulatrices de l’ensemble ?

Liban, de problèmes en crises

N° 70 Eté 2009
Dossier dirigé par Ghassan el Ezzi
Depuis son indépendance le Pays du Cèdre va de problèmes en crises politiques qui dégénèrent parfois en guerres civiles comme ce fut le cas en 1958 et entre 1975 et 1990. Deux sources de son malheur semblent demeurer inépuisables : une géopolitique complexe qui a fait de lui une arène de gladiateurs régionaux et internationaux, et un système politique confessionnel hypothéquant toute velléité de créer un Etat de droit moderne et démocratique. Ce numéro revient sur les élections de juin 2009 mais surtout sur les pesanteurs qui entravent l’histoire politique du pays des Cèdres. Il se propose ainsi de dessiner en creux les sorties possibles du cycle de crises qui l’affecte tant.

Chrétiens d’Orient

N° 66 Eté 2008
Dossier dirigé par Pierre Blanc
Les temps actuels sont particulièrement tragiques pour les Arabes chrétiens. Bien sûr, dans plusieurs pays, leurs souffrances ne font pas exception et leurs concitoyens musulmans pâtissent autant de situations à tout le moins délétères. Les uns et les autres subissent l’occupation (territoires palestiniens), la guerre (Irak), l’incertitude politique et économique (Liban, Égypte). Cependant, dans certains pays, les chrétiens sont également victimes en tant qu’ils appartiennent à une minorité religieuse. L’Irak offre tous les jours des scènes de violences à leur endroit (enlèvements, meurtres, imposition du voile, incendies d’églises). La mort de Mgr Rahho, l’évêque chaldéen de Mossoul, en mars 2008, et celle de Boulos Iskandar en octobre 2006 après qu’il refusa de se convertir, aussi tragiques soient elles, ne sont que la partie médiatisée de la tragédie que subissent leurs coreligionnaires dans un pays que le président américain George W. Bush voulait ramener à la démocratie.

Justice pénale et politique internationale

N° 64 Hiver 2007-2008
Dossier dirigé par Jean-Paul Chagnollaud
Une des sources des graves tensions qui menacent actuellement le Proche-Orient tient à la création d’un tribunal international décidée par les Nations unies en concertation avec le gouvernement libanais pour tenter de faire la lumière sur l’assassinat de Rafic Hariri. C’est aussi un des points de blocage majeurs au Liban entre la majorité et l’opposition... Cette création pose beaucoup de questions tant sur les circonstances de cette décision conjoncturelle que sur le rôle et les fonctions de la justice pénale internationale dans le monde contemporain. 

La montée des périls

N° 61 Printemps 2007
Dossier dirigé par Robert Bistolfi
Depuis une quinzaine d’années, le monde hésite dans un entre-deux opaque : la fin de la bipolarité URSS-USA a laissé libre cours à l’hyperpuissance étatsunienne, cependant que les géants de demain - la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Union européenne peut-être… - ne sont pas encore en mesure d’imposer un nouveau partage des pouvoirs. Dans cet entre-deux libéré de la peur nucléaire, on aurait pu s’attendre à ce que la politique retrouve tous ses droits. Sous la houlette de Washington, des compromis politiques raisonnables auraient pu permettre, semble-t-il, d’éteindre ou de réduire les principaux foyers de tension. Paradoxalement, c’est au contraire à une renonciation apparente aux outils de la politique que l’on a assisté : les deux analyses opposées de Francis Fukuyama sur la fin de l’Histoire, et de Samuel Huntington sur le clash des civilisations, avaient illustré en le théorisant ce retrait.

Eau et pouvoirs en méditerranée

N° 58 Eté 2006
Dossier dirigé par Pierre Blanc
Dans le contexte de la guerre froide, la Méditerranée a été décrite comme un arc de crises. Force est de reconnaître que cette expression ne serait pas déplacée pour évoquer les problèmes d’approvisionnement en eau auxquels les pays méditerranéens font face aujourd’hui.

Où va le Liban ?

N° 56 Hiver 2005-2006
Dossier dirigé par Ghassan El Ezzi
C’est dans un contexte international de refonte du Moyen Orient qu’est intervenu l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, le 14 février 2005, ayant donné lieu à un mouvement populaire profond. Mouvement qui remet en cause un certain nombre de données de la politique au Liban mais qui dépend aussi d’enjeux géostratégiques qui le dépassent. S’il est indéniable que le départ de l’occupant syrien a ouvert une nouvelle page, on peut se demander si le pays est libéré de toute tutelle et s’il a la capacité de transformer l’essai pour construire positivement son avenir.

La nouvelle question d’Orient

N° 49 Printemps 2004
Dossier dirigé par Jean-Paul Chagnollaud, Farouk Mardam-Bey et Burhan Ghalioun
Depuis la réoccupation des territoires palestiniens par l’armée israélienne, la multiplication des attentatssuicides en Israël et la guerre en Irak, et dans l’attente du très controversé projet américain d’une refonte de la région, le Proche-Orient est entré dans une phase de profonde instabilité qui peut dégénérer, d’un moment à l’autre, en un insaisissable chaos traversé par des violences encore plus terribles que celles qu’il vient de subir depuis deux ans. Bien entendu, même dans cette partie du monde, le pire n’est pas sûr et on peut espérer, en particulier, que les intenses discussions politiques qui ont lieu en Irak permettront d’éviter les drames d’une guerre civile en dotant le pays d’un régime démocratique et fédéral comme la loi de transition, adoptée en mars 2004, l’annonce.

Liban, Etat et société : la reconstruction difficile

N° 47 Automne 2003
Dossier dirigé par Ghassan El-Ezzi
La fin de la guerre au Liban a vu s’ouvrir une période de reconstruction transformant le pays en un immense chantier. Mais cette reconstruction s’avère particulièrement difficile et soulève des problématiques très complexes : ses acteurs sont nombreux et ses enjeux s’enchevêtrent entre un système international en grande mutation et une région marquée par le règlement introuvable du conflit israélo-arabe.

L’élargissement de l’Europe vu du Sud

N° 46 Eté 2003
Dossier dirigé par Jean-Paul Chagnollaud
L’Union européenne traverse actuellement, dans un contexte international bouleversé par la récente guerre en Irak, un processus d’élargissement complexe et multidimensionnel. Dix pays européens deviendront membres de l’Union européenne en 2004 ; d’autres restent dans la « salle d’attente », alors que d’autres encore sont complètement exclus du processus d’élargissement. Parallèlement, l’impact social et culturel de l’immigration force les sociétés européennes à s’interroger sur leurs propres valeurs et paradigmes sociaux et à élargir leurs horizons culturels : c’est l’élargissement de l’intérieur. Dans cette situation internationale tendue, dans le nouveau paysage européen qui est façonné par ces processus d’élargissement à l’intérieur comme à l’extérieur, les relations entre la future Union européenne et ses régions voisines, notamment de l’autre côté de la Méditerranée, prennent une nouvelle dimension : l’élargissement de l’Union va-t-il rigidifier les frontières économiques et politiques ou au contraire stimuler de nouvelles coopérations régionales ? Comment, et sur quelles bases culturelles, va se bâtir la nouvelle « politique de proximité » prônée par l’Union européenne ?

Un printemps syrien

N° 44 Hiver 2002-2003
Dossier dirigé par Burhan Ghalioun et Farouk Mardam-Bey
Avec la disparition du président Hafez al-Assad en juin 2000 et l’élection de son successeur désigné, son propre fils Bachar, à la tête de l’Etat, du parti et de l’armée, la Syrie est entrée dans une période de transition incertaine dont la durée et l’issue dépendent pour l’essentiel des évolutions en cours sur la scène régionale. La politique d’ouverture contrôlée promise par le nouveau président dans son discours d’investiture, et effectivement conduite sous son impulsion durant ce qu’on a appelé « Le printemps de Damas », n’a pas tenu plus de six mois.

L’immigration bouscule l’Europe

N° 42 Eté 2002
Dossier dirigé par Jean-Christophe Ploquin
Le bassin méditerranéen concentre les principales routes de l’immigration vers l’Europe occidentale. Confrontés à la porosité des frontières maritimes sur leur flanc sud, les pays Européens se contentent de freiner les flux sans engager de débat sur les enjeux économiques et culturels d’un mouvement qui relève de celui, plus vaste, de la globalisation.

Israël-Palestine. La violence ou le droit

N° 37 Printemps 2001
Dossier dirigé par Régine Dhoquois-Cohen et Jean-Paul Chagnollaud
La situation qui prévaut entre les Israéliens et les Palestiniens est probablement la pire qu’on ait connue depuis une vingtaine d’années. Il faut sans doute remonter à l’invasion du Liban en 1982 et à tout ce qui s’ensuivit pour trouver une configuration aussi grave et aussi tendue. Cette nouvelle donne est d’autant plus tragique qu’elle intervient après des années d’espoirs et de patientes négociations qui ont semblé un moment pouvoir produire quelques résultats. Le bilan est terrible : huit ans d’attente pour en arriver à plus de 400 morts et des milliers de blessés souvent très graves qui sont, en très grande majorité, palestiniens.

Armée et pouvoir

N° 29 Printemps 1999
Dossier dirigé par Christophe Chiclet et Bernard Ravenel
Pour trois pays méditerranéens au moins, l’année 99 est marquée par une échéance électorale forte avec une présidentielle en Algérie et des législatives en Israël et en Turquie. Dans ces trois pays et dans des conditions évidemment très différentes, cette échéance met en jeu les rapports entre pouvoir civil et pouvoir militaire dans une phase de lourde incertitude sur l’avenir des nations concernées.

Les replis identitaires

N° 06 Printemps 1993
Dossier dirigé par Abderrahim Lamchichi
L’aggravation de la crise économique, politique et culturelle actuelle, le brouillage des repères idéologiques et sociaux et les incertitudes qui pèsent sur l’ordre international après l’effondrement de l’Empire soviétique… ont ouvert une ère de turbulences qui n’épargnent guère la Méditerranée : montée des nationalismes, regain des particularismes, effervescence des fondamentalismes religieux, exacerbation des racismes, exaltation du mythe de l’identité ethnique, etc.

Face à l’Etat, la permanence des minorités

N° 04 Automne 1992
Dossier dirigé par Alain Gresh
"Le terme de minorité - accompagné d’une épithète précisant son identité par rapport à l’environnement, minorité linguistique, religieuse - désigne des groupes humains qui se trouvent "marginalisés", en position d’infériorité numérique - sauf exception - et en même temps politique, sociale ou économique, voire culturelle. Le fait d’être en minorité implique en même temps celui d’être juridiquement ou sociologiquement mineur". Cette définition, en apparence simple, cache évidemment des réalités complexes, mouvantes, sources d’affrontements et parfois de guerres sanglantes. Les tentatives de codification en droit international de cette notion sont anciennes et se sont toujours heurtées à d’insurmontables obstacles, même si un pas nouveau devrait être franchi par les Nations Unies à l’automne 1992.

La question de Palestine, la paix impossible

1er décembre 2015
Rencontre avec : Henry Laurens, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe, il avait auparavant été maître de conférences à l’Université de la Sorbonne (Paris IV) et professeur des Universités à l’INALCO.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.
Présentation du livre La question de Palestine, tome V

Hamas – Hezbollah : mouvements islamistes au Levant

13 novembre 2015 -  Autour des livres/Controverse
Rencontre  avec Didier Leroy, chercheur à l’École Royale Militaire (ERM) de Belgique et enseigne à l’Université libre de Bruxelles (ULB) et à l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Grenoble. Il est également chercheur associé à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et à l’Institut Européen de Recherche sur la Coopération Méditerranéenne et Euro-Arabe (MEDEA), Leila Seurat, chercheure associée au CERI. Elle est titulaire d’un doctorat en science politique de Sciences Po depuis juin 2014 et vient de publier récemment Le Hamas et le monde (Paris, Editions du CNRS 2015).

Que faire pour les réfugiés syriens ?

5 novembre 2015
Rencontre avec : Dr Kamel Mohanna, pédiatre et professeur à l’Université Libanaise. ll préside l’ONG médico-sociale et non-confessionnelle Amel, créée en 1979, qui intervient à travers 24 centres et 6 cliniques mobiles, au Liban. Il est aussi Coordinateur général des réseaux libanais et arabe des ONGs. Dans les années 1970, son engagement humanitaire s’est illustré au Dhofar ainsi qu’au sein des camps palestiniens. Depuis, il poursuit son action en faveur des populations les plus vulnérables, notamment au Liban.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

Le Liban : entre mouvement social et crise politique

Mercredi 30 septembre 2015
Rencontre avec Nicolas Dot-Pouillard, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO) à Beyrouth (Liban), auteur de Tunisie. La révolution et ses passés paru dans la collection Bibliothèque de l’iReMMO aux Éditions L’Harmattan, 2013. Il a publié récemment l’ouvrage collectif De la théologie à la libération, histoire du Jihad islamique palestinien, paru aux Éditions La Découverte, 2014.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

Le Hezbollah libanais. De la révolution iranienne à la guerre syrienne

Août 2015 - N° 22
Auteur : Didier Leroy
Il y a plus de trente ans, une petite milice chiite émergeait dans un Liban déchiré par la guerre civile. Soutenue par la République islamique d'Iran, cette force paramilitaire est devenue l'acteur politique le plus influent du pays, notamment par sa résistance à l'occupation israélienne. Critiqué dans son pays et blacklisté à l'étranger, le mouvement de Hassan Nasrallah continue à défrayer la chronique. Engagé dans la guerre syrienne, il assume son statut de force régionale présente sur plusieurs théâtres d'opération. Jusqu'où ira le Hezbollah ?

Rencontre sur la Syrie

30 juin 2015
Rencontre avec : Anis Nacrour, diplomate français, il est actuellement le chef de la délégation de l’Union européenne en Syrie.
Modération : Jean-Pierre Perrin, grand reporter à Libération et auteur de La Mort est ma servante : lettre à un ami assassiné (Syrie 2005-2013), Fayard, 2013.

Le Liban face à la crise syrienne

Lundi 18 mai 2015
Rencontre avec Walid Joumblatt, député et homme politique libanais. Principal leader de la communauté druze libanaise, il est également Président du Parti Socialiste Progressiste (PSP).
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien et Patrick Renauld, ancien diplomate à la tête de la Délégation de l'Union Européenne au Liban (2001-2006).

Liban : 40 ans après la guerre « incivile »

Mercredi 15 avril 2015
Rencontre avec : Elisabeth Longuenesse, membre du comité de rédaction de Confluences Méditerranée, sociologue et directrice de recherche au CNRS, Lyon, Jonathan Randal, écrivain et grand reporter, il a été correspondant de guerre pour le Washington Post pendant trente ans.
Modération : Pierre France, doctorant à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne et chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient.

La Syrie et nous

Lundi 13 avril 2015
Rencontre avec : Farouk Mardam-Bey, historien et éditeur, directeur des éditions Sindbad.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.