Rafah: qui peut arrêter Netanyahou?

Logo de la chaîne Public Sénat

Intervention de Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO.  Netanyahou l’assume, il est dans une guerre totale qu’il prend comme un objectif en soit. Mais la guerre comme moyen ne fonctionne plus dans ce contexte, elle a été “usée”. Comment en sortir ? Comment réussir à atteindre un cessez-le-feu ?

Guerre Israël-Hamas: quelle issue?

Nouveau logo de TV5 Monde

Intervention de Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO. Les États-Unis viennent de poser leur véto à un appel du Conseil de Sécurité de l’ONU pour un cessez-le feu immédiat à Gaza. Pourtant, cette guerre est une impasse stratégique, le militaire ne permettra pas de déboucher sur solution. il faut une sortie par le haut, d’autant plus en raison de la dimension humaine désastreuse dans ce conflit.

Si on ne l’arrête pas, la guerre contre le Hamas ne sera jamais terminée

Logo de France 24

Intervention de Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO

On est toujours dans les mêmes logiques, c’est-à-dire que les États-Unis ont décidé depuis le début de soutenir le gouvernement de Netanyahou et Israël dans cette guerre, et par conséquent, tant qu’ils n’estimeront pas qu’aux vues des résultats, Israël peut accepter un cessez-le-feu ou, en tout cas, dans un premier temps, une trêve, on risque d’être toujours dans cette même logique, qui est une logique mortifère.

Gaza : quelles recompositions politiques et géopolitiques ?

portrait Joan Deas et Pascal Boniface

Intervention de Joan Deas, directrice exécutive de l’iReMMO

Entre les attaques du 7 octobre perpétrées par le Hamas et la réponse israélienne qui a plongé la bande de Gaza dans une crise humanitaire entravent les perspectives politiques  entre les deux acteurs. Tous deux animés par des traumatismes, le camp de la paix semble s’éloigner.

Libération des otages : les heures cruciales

Logo de l'émission de france TV, C dans l'air

Intervention d’Agnès Levallois, vice-présidente de l’iReMMO

Je ne crois pas que quatre jours de trêve permettent au Hamas de se réorganiser.  Mais cela va permettre véritablement  l’arrivée de l’aide humanitaire, qui est la demande qui émane de l’ensemble de la communauté internationale face à la situation dramatique de la bande de Gaza.

 

Guerre Israël-Hamas: Gaza, le piège du Hamas?

Logo de France 24

Intervention d’Agnès Levallois vice-présidente de l’iReMMO

Elle évoque la crainte d’une nouvelle  Elle évoque la crainte d’une nouvelle Nakba, suite aux déplacements de la population Gazaouis du Nord vers le Sud, ordonnée par l’armée israélienne. “70% de la population de Gaza est descendante de ces réfugiés de 1948”.Nakba, suite aux déplacements de la population Gazaouis du Nord vers le Sud, ordonnée par l’armée israélienne. “70% de la population de Gaza est descendante de ces réfugiés de 1948”.

La cause palestinienne risque d’être ensevelie pour longtemps sous les cendres d’actes effroyables

Pictogramme éditorial

«Vous vous intéressez encore à cette question?» me disait il y a quelques mois un important diplomate alors que je lui demandais où en était la politique de la France vis-à-vis du conflit israélo-palestinien. Avec le ton aimablement affligé de celui qui essaie de faire comprendre à son interlocuteur à quel point il est en retard d’une séquence. En d’autres termes, ce problème n’en est plus un. Il suffit de le gérer. Les enjeux sont ailleurs. Fin de l’histoire.

Regain de tension au Proche-Orient: «Si on ne voit pas la dimension politique, les violences vont continuer»

logo de RFI

Intervention de Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO

Depuis 48 heures, le climat au Proche-Orient entre Israël et la Palestine connaît un brutal regain de tensions. Une nouvelle attaque samedi à Jérusalem-Est a fait deux blessés, au lendemain de la fusillade près d’une synagogue au cours de laquelle un Palestinien a tué sept personnes. Regain de violences, marge de manœuvre de Benyamin Netanyahou face à des ministres d’extrême droite et retour sur les dernières semaines de violences à Jénine.

APRÈS GAZA (2/3) : Quelles leçons tirer de l’opération « Gardien des murailles » ? -par Dominique Vidal, membre de l’iReMMO

Nouvelles violences à Jérusalem-Est. À nouveau, des tirs sur Gaza. La guerre va-t-elle reprendre ? Le cessez-le-feu semble en effet bien fragile. Rappelons qu’en onze jours, entre le 10 et le 21 mai, cette quatrième guerre depuis 2009 a fait 260 morts côté palestinien, 3 500 blessés, dont 40 % de femmes et d’enfants parmi les victimes. Les destructions sont énormes. 800 000 personnes sont privées d’eau. Côté israélien, on déplore 13 morts, dont un enfant. Comment en est-on arrivé à cette guerre ? Quel bilan ?

Trêve au Proche-Orient : « Elle arrive au bon moment pour les deux parties » avec Agnès Levallois, vice-présidente de l’iReMMO

Logo de France 24

Une trêve sous l’égide de l’Égypte entre Israël et le Hamas a débuté vendredi, mais le Hamas a prévenu qu’il se tenait toujours « prêt à dégainer » et a exigé qu’Israël mette fin à la violence à Jérusalem et répare les dégâts causés dans la bande de Gaza. Agnès Levallois, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, estime que pour le Hamas « la violence de la riposte israélienne étant ce qu’elle était, il fallait accepter un cessez-le-feu ».

Israël-palestine, un conflit séculaire, asymétrique, et délétère -par Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO

Les violences qui resurgissent entre Israéliens et Palestiniens nous rappellent l’intensité et la centralité d’un conflit que beaucoup, ces dernières années, voulaient oublier comme si la stabilité reposant sur un rapport de forces totalement déséquilibré avec toutes les souffrances que cela induit pouvait être garante d’un apaisement de long terme. Les expulsions de Palestiniens de […]

L’hubris, la puissance et la faiblesse

Pictogramme éditorial

Jusqu’au bout, malgré tous les appels au cessez-le-feu, Benyamin Netanyahou aura semé la mort et la destruction dans la bande de Gaza. Il voulait non seulement détruire jusqu’au dernier lanceur de roquettes du Hamas et du Djihad islamique, mais surtout terroriser deux millions de Palestiniens – et au-delà les cinq autres millions qui vivent en Cisjordanie et en Israël. Comme toujours, le chef du Likoud préfère tuer que discuter.

Israël-Hamas : une accalmie? « Des morts, des violences et une impasse tragique » -avec Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO

Alors qu’Israël et le Hamas se dirigent vers une « guerre à grande échelle », selon l’ONU, le mouvement islamiste palestinien aux commandes de la bande de Gaza semble a fait le pari de la confrontation avec l’État hébreu, et ce au nom de la défense de Jérusalem. Une position non dénuée de calculs politiques.

Le bilan des affrontements entre l’État hébreu et le Hamas s’est sérieusement alourdi alors que l’armée israélienne a mené des centaines de frappes aériennes dans la bande de Gaza en réponse aux centaines de roquettes tirées par le mouvement palestinien sur le centre et le sud du pays. Un degré de violences inégalé depuis la guerre de Gaza de 2014.

Les derniers développements et déclarations ne semblent pas indiquer que l’on se dirige de part et d’autre vers une accalmie.

Fauda : décryptage de la série par Jean-Pierre Filiu

Jeudi 7 mai 2020 – Culture Pop’
Par Jean-Pierre Filiu, professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po Paris, son dernier livre est Main basse sur Israël (La Découverte, 2019).

Gaza face au Covid-19

Mardi 21 avril 2020
Entretien avec Ziad Medoukh, professeur de français à l’Université Al Aqsa de Gaza et coordinateur du Centre de la paix de Gaza. Il vit à Gaza. Poète et écrivain, il est l’auteur de Gaza, Terre des oubliés, Terre des vivants (L’Harmattan, 2012), 70 poèmes de la paix palestinienne.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

Le Covid-19 en Palestine

Mardi 14 avril 2020
Entretien avec Abaher El Sakka, sociologue, professeur associé à l’Université de Birzeit.

Aussi fort que la mort

Les chroniques d’Uri Avnery, 2 juin 2018
Oh Gaza. L’amour est aussi fort que la mort. J’aimais Gaza. C’est un jeu de mots. Le Cantique des Cantiques biblique dit que l’amour est aussi fort que la mort. Fort en hébreu c’est Aza. Aza est aussi le nom hébreu de Gaza. J’ai passé bien des heures heureuses à Gaza. J’y ai eu beaucoup d’amis. Depuis l’homme de gauche Haidar Abd al-Shafi jusqu’à l’islamiste Mahmoud al-Zahar qui est maintenant le ministre des Affaires étrangères du Hamas.

Partis et partisans dans le monde arabe post-2011

mardi 17 janvier 2017
Présentation du numéro 98 de Confluences Méditerranée, la revue de l’iReMMO.Layla Baamara, Doctorante en science politique à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence (CHERPA).Thomas Hill, Docteur en histoire, il a enseigné l’histoire et l’anthropologie à Columbia, Berkeley, Cambridge, et Science-po Paris.
Modération: Xavier Guignard, ATER et doctorant en science politique à l’Université Paris I.

Palestine : 20 ans après

N° 86 Été 2013
Dossier dirigé par Pierre Blanc
La question de la Palestine est de retour dans l’agenda politique américain. Il s’effectue vingt ans après la signature des accords d’Oslo qui, pour la première fois depuis la guerre des Six jours, avaient semblé ouvrir des perspectives de règlement dans un conflit si central pour les relations internationales. L’entrée dans le processus de paix avait d’abord permis une reconnaissance mutuelle des deux protagonistes ; puis deux ans après, l’accord d’Oslo II avait mis en place un modus vivendi intérimaire dans la perspective d’un règlement définitif qui devait échoir en 1999. Deux décennies après, on attend toujours la suite. Les deux protagonistes de l’accord sont décédés, l’un assassiné par un extrémiste sioniste, l’autre mort dans des conditions qui demeurent encore à clarifier.

Stratégies islamistes

N° 76 Hiver 2010-2011
Dossier dirigé par Jean-Paul Chagnollaud
Alors même que de Tunis au Caire, nous assistons, en ce début d’année 2011, à des révoltes sociales et politiques de grande envergure, tout se passe comme si nos perceptions du monde arabe, de l’Iran et, dans une moindre mesure, de la Turquie étaient encore plus ou moins calées sur une grille de lecture remontant aux années 1970. L’islam politique s’appréhende encore largement comme un ensemble compact, dangereux, foncièrement antidémocratique et antioccidental. Nombre de médias et d’observateurs cherchent toujours à décrypter les bouleversements en cours dans cette région par des interrogations sur le « péril islamiste » alors même que les partis et les leaders de cette mouvance plurielle ont été absents de ces vastes manifestations aussi bien en Tunisie qu’en Egypte sans oublier le fait, capital, qu’en 2009 c’est tout une fraction du peuple iranien qui a manifesté contre le régime autoritaire des ayatollahs et la réélection truquée de Mahmoud Ahmadinejad.

Médias : stratégies d’influences

N° 69 Printemps 2009
Dossier dirigé par Barah Mikhail
Le thème des médias en Méditerranée est loin d’être épuisé. Bien au contraire, à un moment où les opinions publiques mondiales continuent à voir dans les chaînes télévisées un vecteur incontournable pour leur information, et dans un contexte où foisonnent les chaînes satellitaires, on ne peut que noter l’ascendant pris par l’image et le verbe dans l’accompagnement mais aussi l’orientation de «  la pensée globale ». Evidemment, parler des chaînes satellitaires ne dispense pas pour autant de développer un intérêt pour ces autres médias incontournables que sont la radio, la presse et bien sûr Internet. Tous continuent à susciter un engouement que ce soit en matières d’information, de loisirs et de divertissement, de quête d’un moyen d’être en phase avec un événement important ayant lieu en direct, ou tout simplement de recherche du détail qui fait la différence.

Lignes de faille

N° 60 Hiver 2006-2007
Dossier dirigé par Robert Bistolfi
Faut-il déjà reprendre espoir ? La Rome d’aujourd’hui est sur le Potomac : les événements intervenus fin 2006 à Washington pourraient avoir une importance majeure pour le reste du monde, et d’abord pour le Proche et le Moyen-Orient. Après la victoire des démocrates au Congrès et au Sénat, après que Robert Gates, nouveau Secrétaire à la Défense, eut admis que la guerre d’Irak ne pouvait être gagnée, le Rapport Baker – Hamilton est venu préconiser des réorientations majeures de la politique américaine dans la région : recomposition de la présence militaire en Irak, révision de la conflictualité frontale avec l’Iran et la Syrie, relance sous pression extérieure des négociations israélo-palestiniennes et israélo-syriennes… Ces propositions prennent systématiquement le contre-pied de la démarche suivie depuis cinq ans par George W.Bush. Elles lui apportent un désaveu cinglant. Il est évidemment trop tôt pour savoir si ce dernier sera contraint de les avaliser pour en faire la trame de son action pendant la dernière partie de son mandat.

Femmes et islamisme 2006

N° 59 Automne 2006
Dossier dirigé par Régine Dhoquois-Cohen et Olfa Lamloum
A l’automne 1998, le numéro 27 de Confluences Méditerranée était consacré à “Femmes et islamisme”. Ce dossier entendait poser la question des relations difficiles entre femmes, féminisme et islamisme. Il faisait le pari de la complexité en multipliant les exemples, de la France à l’Algérie, de la Tunisie à la Turquie, de la Palestine à l’Iran et à l’Afghanistan. Ce numéro a été rapidement épuisé. Fallait-il publier un nouveau dossier sur ce thème ? La plupart des articles parus restaient d’actualité ou bien présentaient un intérêt historique. Mais huit ans plus tard, après la chute des talibans, les nouveaux codes de la famille au Maroc et en Algérie, le vote en 2004 de la loi sur les signes religieux à l’école en France, les changements politiques en Iran, la victoire du Hamas aux élections législatives palestiniennes, le sujet méritait un éclairage complémentaire. Nous avons donc décidé d’apporter cet éclairage avec un nouveau volet de “Femmes et islamisme”, mais aussi de reprendre sous l’intitulé “Documents”, en seconde partie, l’intégralité de l’édition 1998.

Palestine ?

N° 55 Automne 2005
Dossier dirigé par Jean-Paul Chagnollaud, Roger Heacock et Olfa Lamloum
Ce titre en forme d’interrogation inquiète exprime notre perplexité vis-à-vis de l’avenir d’une société aujourd’hui épuisée et déstructurée après ces années terribles d’Intifada et de répression systématiquement planifiée par le gouvernement d’Ariel Sharon. En retrait par rapport à une actualité qui ne retient que le spectaculaire, nous avons voulu analyser les conditions de vie des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza dans le prolongement du précédent numéro que Régine Dhoquois a dirigé sur la société israélienne, Israël, L‘enfermement.

Nouvelle génération palestinienne : la résistance du désespoir ?

Mardi 8 décembre 2015
Rencontre avec : Esther Benbassa, sénatrice et directrice d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE). Elle est spécialiste de l’histoire des juifs et de l’histoire comparée des minorités. Elle a écrit de nombreux ouvrages sur ces questions, notamment Juifs et musulmans, retissons les liens ! (CNRS Editions, 2015), avec Jean-Christophe Attias, Julien Salingue, docteur en sciences politiques à Paris 8. Ses recherches portent sur le mouvement national palestinien et sur les dynamiques politiques, sociales et économiques en Palestine. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont La Palestine d’Oslo (coll. Bibliothèque de l’iReMMO) et La Palestine des ONG : entre résistance et collaboration(La Fabrique, 2015).

Modération : René Backman, journaliste et chroniqueur à Mediapart. Il est l’auteur de Un mur en Palestine (Editions Gallimard, coll.Folio-Actuel, 2009).

Hamas – Hezbollah : mouvements islamistes au Levant

13 novembre 2015 –  Autour des livres/Controverse
Rencontre  avec Didier Leroy, chercheur à l’École Royale Militaire (ERM) de Belgique et enseigne à l’Université libre de Bruxelles (ULB) et à l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Grenoble. Il est également chercheur associé à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et à l’Institut Européen de Recherche sur la Coopération Méditerranéenne et Euro-Arabe (MEDEA), Leila Seurat, chercheure associée au CERI. Elle est titulaire d’un doctorat en science politique de Sciences Po depuis juin 2014 et vient de publier récemment Le Hamas et le monde (Paris, Editions du CNRS 2015).

Rencontre avec Leila Shahid, ambassadrice de Palestine auprès de l’Union européenne

Mercredi 4 juin 2014
Rencontre exceptionnelle avec Leila Shahid, ambassadrice de Palestine auprès de l’Union européenne, de la Belgique et du Luxembourg. Leila Shahid a été déléguée générale de Palestine en France de 1993 à 2005, date à laquelle elle a pris ses fonctions à Bruxelles.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien.

L’islamisme en Palestine

25 janvier 2014
Hamas : de l’Association des Frères musulmans au titulaire de l’Autorité, avec Jean-François Legrain, chargé de recherche au CNRS affecté à l’IREMAM / MMSH d’Aix-en-Provence (Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman /Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme), Histoire du Jihad islamique palestinien, avec Nicolas Dot-Pouillard, chercheur à l’IFPO (Institut français du Proche-Orient) Beyrouth, avec le soutien du programme When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW), European Research Council (ERC) et co-administrateur des Carnets de l’IFPO, L’islamisme chez les arabes israéliens/Palestiniens d’Israël, avec Elisabeth Marteu, enseignante à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et à Science Po

Où en est la Palestine ?

Mercredi 18 septembre 2013
Rencontre avec Majed Bamya, diplomate chargé du dossier des prisonniers, auprès du Ministère des Affaires Étrangères de l’État de Palestine, Fadwa Barghouti, avocate et épouse de Marwan Barghouti, homme politique palestinien incarcéré en Israël, il jouit d’une côte de popularité extraordinaire en Palestine et continue à jouer un rôle de premier plan dans la vie politique régionale.
Modération : Dominique Vidal, journaliste et historien, collaborateur au Monde Diplomatique.

Proche-Orient : illusoires négociations

L’idée, avancée par le président Hollande, de demander aux Israéliens et aux Palestiniens de reprendre des négociations directes sans conditions, semble a priori une proposition pertinente puisqu’elle implique la volonté de laisser aux parties en présence toute latitude pour régler un conflit qui les oppose depuis si longtemps. Le problème est que le rapport de forces inhérent à cette confrontation rend cette approche totalement illusoire.